Les livres et la sobriété

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Invité le Mer 9 Juin 2010 - 13:46

Rien de nouveau sous le soleil...Qui , aprés avoir lu un livre, peut prétendre avoir changé de vie ? les livres ne sont faits que pour occuper nos esprits désoeuvrés, mécontents, vides...
Notre vie de tous les jours, doit être notre livre à écrire...mais doit-on faire commerce de cet acte ?
pourquoi est-on sobre ? peut-il y avoir un petit manuel de la sobriété ? heureuse ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Emma le Mer 9 Juin 2010 - 19:10

Super, merci, tu viens de flinguer une de mes passions et mon métier (le livre).
Les livres sont là pour apporter et transmettre des savoirs, des idées, des réflexions. Tu es ensuite libre d'en faire ce que tu veux. Le savoir n'est pas inné et d'autres ont réfléchi à toutes ces questions avant toi (avant moi et avant nous tous ici, d'ailleurs).

Ce n'est pas en lisant un livre que j'ai changé de vie, mais c'est en lisant des tas de bouquins, de théories, de recherches, en bossant et en étudiant que j'ai trouvé un certain nombre de réponses à mes questions, de pistes pour avancer et des infos qui ne me font plus douter de mes choix. J'ai appris beaucoup de choses qui me font comprendre à quel point on se fout de nous, à quel point des concepts qu'on essaie de nous faire avaler comme étant écolos ne sont que purs marketing et totalement vains.

D'ailleurs, on peut élargir cette idée de livre et de lecture. Si la lecture ne sert à rien, pourquoi les forums existent-ils ?

J'avoue, là, je suis vexée. Alors je sors de ce débat - qui n'a d'ailleurs rien à faire ici, pardon à tous - et je vais aller faire autre chose.
Genre "occuper mon esprit désœuvré" par des lignes d'encre sur des pages.
(encore pardon, ça m'a échappé...)
avatar
Emma

Date d'inscription : 22/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Invité le Mer 9 Juin 2010 - 19:59

super, pardon...
Mais, pour moi c'est assez significatif : je ne flingue rien,ni personne ; je pose simplement une réflexion : peux-t-on se détacher du livre, de la théorie, des recherches ?
la sobriété est partout, même dans notre soif de savoir . Faire un jeûne de (livres) peut nous amener à plus de créativité...sur ce, je vais achever mon livre de chevet.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Katia le Mer 9 Juin 2010 - 20:49

Heu... je rejoins Emma, même si ma réaction n'est pas aussi épidermique.

Imaginer faire un jeûne de livres, c'est très bien.... quand on a DEJA eu les moyens (intellectuels, financiers, d'accès à des bibliothèques, bref, d'éducation et sociaux) d'y avoir accès...
Reste à ne pas oublier toutes les personnes illetrées et analphabêtes (et il y en a, pas plus tard que la semaine dernière un monsieur m'a poliment demandé la direction du métro qui s'affichait en grosses lettres, il m'a fallu un peu de temps pour me rendre compte qu'il ne savait pas lire), ou, tout simplement, celles qui n'ont pas les moyens de s'offrir des livres. Qui sont les mêmes qui ne fréquentent pas les biblis, d'ailleurs.

Bref, oui, si on a eu la chance d'avoir l'éducation ad hoc, et de fréquenter pas mal de bouquins, faire un jeûne de livres peut être une idée. Perso, je crois que la méditation (de pleine conscience) serait plus efficace. Ca dépend aussi de ce qu'on lit (romans de gare, "best sellers" vide-cervelles ou livres de réflexion, d'apprentissage, etc.), comment on les lit, pourquoi on les lit...
Mais on n'est pas obligé de les "posséder" pour s'enrichir de leur contenu, et forger un esprit critique.

Par contre, je ne pense pas que faire un jeûne de quoi que ce soit comme réflexion intellectuelle amène à plus de créativité. On sait depuis pas mal de temps que toute création - artistique ou autre - repose toujours sur des connaissances acquises auparavant (qu'on prolonge ou révoque), d'autres livres, d'autres oeuvres d'art, d'autres travaux scientifiques...
La créativité "ex nihilo", ça n'existe pas !

Katia

Date d'inscription : 07/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Emma le Jeu 10 Juin 2010 - 7:51

Merci Katia d'avoir tout ça clairement : je te rejoins sur tout ça.
Dempsey : évidemment qu'il faut se détacher des livres ! Lire ne suffit pas, il faut ensuite s'en approprier le contenu en réfléchissant, en méditant, en expérimentant. Lire pour lire n'a jamais servi à quoi que ce soit.
avatar
Emma

Date d'inscription : 22/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Invité le Jeu 10 Juin 2010 - 9:40

La créativité "ex nihilo", ça n'existe pas !
Ah, bon ?

les peintures rupestres, gavrinis, nos ancêtres quoi? d'où venaient leurs inspirations....au japon, bq d'artistes font le vide avant de produire une oeuvre...

pour ma part, quand je fais une(modeste) sculpture sur bois, j'essaye d'être vierge de toute accumulation culturelle : et je constate qu'il y a certaine réminiscence d'un passé celte.

A trop lire, on en arrive à de l'indigestion; et de ce gavage d'esprit il en est difficile de sortir quelquechose de neuf...combien de fois, vous est-il arrivé de livre un livre, et de se dire " déjà lu quelque part" ?
combien de livres sortent dans le monde à la minute ?
vidons nos bibliothéques intérieures, pour que l'espace nous envahissent....
qu'ont de plus que moi, les milliers d'écrivains, de penseurs qui me disent quoi faire, que penser,où aller ? La vie est un voyage ou il faut marcher léger.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Emma le Jeu 10 Juin 2010 - 9:56

Les peintures rupestres ne faisaient que de la reproduction. Les chinois travaillent effectivement à partir du vide. Ils tracent au pinceau de quoi le magnifier. Ils travaillent sur l'harmonie.
Tes "réminiscences", à ton avis, d'où peuvent-elles provenir ? Elles n'arrivent pas de nulle part, c'est d'ailleurs le propre des réminiscences. On n'est jamais totalement vierge de ce que l'on a appris, lu, vu, entendu, expérimenté.
C'est le principe, notamment, de l'intertextualité.
Passons.

Pourquoi parler de gavage d'esprit ? Tu ne choisis donc pas ce que tu lis, quand tu lis ni combien tu lis ? On te mets devant un livre en te disant "LIS !" avec des coups de bâton si tu résistes ? Il n'y a aucune passivité dans la lecture, contrairement à l'écran, et, toujours contrairement à l'écran, les auteurs te disent rarement quoi faire ou que penser. La plupart du temps, ils t'expliquent ce qu'ils font et ce qu'ils pensent. Un peu comme ici, par exemple.

Bref, j'aime avoir matière à méditer, à réfléchir et à créer. Un cerveau vide, quelle horreur ! Penser, c'est pratiquement la seule chose qu'on nous laisse, dans cette société pourrie. Et encore, il y a beaucoup de tentatives (pub, matraquage politique, répression...) pour nous en empêcher.

Une dernière petite chose en passant : voyageons léger, oui. Sur ce point je te rejoins. C'est pour cela que j'aime emprunter les livres.

Je crois que je vais abandonner ce débat stérile.
avatar
Emma

Date d'inscription : 22/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Katia le Jeu 10 Juin 2010 - 13:27

Héhé...
Ben oui, nos "ancêtres" les hommes préhistoriques étaient entourés d'animaux, ils allaient à la chasse, etc... et c'est - curieusement ? - ce type de scènes qu'on retrouve dans les peintures rupestres. Les "pré-historiens" et paléontologues de tous poils les en remercient encore...

Et oui, beaucoup d'artistes japonais font le vide avant de produire une oeuvre. Mais "faire le vide" signifie quand même qu'il y avait quelque chose avant

Et pour tes réminiscences d'un passé celte, comment dire ? Est-ce que tu n'aurais pas des ancêtres de ce côté-la ? des souvenirs ? un goût personnel qui t'a fait découvrir leur art, même il y a longtemps ?
Parce que je me demande, comme ça, pourquoi, quand tu essaies d'être vierge de toute accumulation culturelle pour sculpter, pourquoi est-ce que ça ne ressemble pas à de l'art aborigène ? Ou égyptien ? Ou amérindien ? Ou d'Afrique noire ? Ou slave ? Ou... etc., etc...
D'ailleurs, tu qualifies cela de réminiscences celtes, c'est donc que tu connais ce à quoi ça ressemble. Si tu ne connaissais pas l'art celte et que quelqu'un te signalait que cela y ressemble, en te le faisant découvrir, je serais moins dubitative.

Oui, il y a un paquet de livres qui sortent en France chaque jour, il suffit de regarder un peu les rayons de certaines grandes librairies, à défaut de se brancher sur des magazines spécialisés (Livres Hebdo, par ex.).
Oui, dans ce paquet, il y en a probablement pas mal qui sont d'un intérêt mineur, des "redites", des "inspirations de", etc.

Mais qui t'oblige à tout lire (ce que tu ne fais pas et personne non plus, il y en a justement beaucoup trop) ? Et puis, il y a des idées, on peut les côtoyer un certain nombre de fois, les entendre, les lire, les relire.. et un jour, tout d'un coup, ça devient lumineux ! Ca y est, l'idée est devenu quelque chose de personnel, et plus seulement un concept qu'on comprenait intellectuellement. C'est là, maintenant, au coeur de toi, tu sais enfin ce que cela signifie.
Mais si ça arrive, c'est aussi parce que l'idée, lue, entendue, vue, relue, redécouverte, a fait son chemin en toi... et que toi tu as évolué, tu as compris d'autres choses.

Pour moi, c'est en ça que les livres et la lecture en général m'intéressent : pour ces petites merveilles de découvertes, ces petites aides à la prise de conscience qui viennent se mêler à mon expérience de vie et m'en font comprendre parfois certaines choses. Une sorte de petite étincelle qui aide au "déclic libérateur" (du titre d'un très bon bouquin, justement, sur ce qu'est une prise de conscience, d'ailleurs il y a un extrait génial d'une lettre du mathématicien Henri Poincarré qui raconte comment il a pu arriver à l'invention des "fonctions fuschsiennes").

Après, évidemment, il faut choisir ses livres. Savoir abandonner la lecture quand cela n'apporte rien. Sentir même imperceptiblement ce qu'on cherche - et ce qu'on accepte d'un écrivain. Eh oui, je n'accepte guère qu'on me dise "quoi faire, quoi penser" comme tu le regrettes aussi, manifestement ! Mais c'est aussi valable dans les livres que dans la vie. Entre la compréhension (qui peut être facilitée par certains livres) et la transformation, qui ne se fait que par les actes, il y a la vie...

Allez, je te souhaite une bonne lecture, bonne saine lecture.

Katia

Date d'inscription : 07/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Invité le Jeu 10 Juin 2010 - 17:26

là, emma et katia, je trouve que "cela" jaillit ; chacune avec son style, son vécu...mais, pour moi, il s'agit non de me confronter à tel ou telle; mais de partager des réflexions.
mes "réminiscences" sont celtes, car mes sculptures sont une suite de rainures aléatoires spiralées (les peintures rupestres ne sont pas tjrs des reproductions : symbolismes, cultes, croyances,magies....)d'où ma conclusion que je n'ai pu me défaire d'un passé celte dans lequel j'ai baigné....et chaque lecture (ou film, foto, rencontres)
nous imprégne à chaque instant...pour finir , on devient emcombré d'un tas d'images, de concepts, de pensées...on ne peut aborder le présent avec un regard neuf, simple, sans jugement.
Il est vrai que j'ai lu bq de livres avec plaisir, avec gourmandise, à satiété...et un jour, je me suis séparé de ma bibliothéque, je l'ai donné à un ami...il est trés dur de revenir à la simplicité originel, vivre sans référencement, sans tutelle....nos vies sont programmées, et cela n'a rien à voir avec une intelligence intuitive ?
Je crois que je vais abandonner ce débat stérile
c'est vrai que la simplicité poussée à l'extrême (livre, nourriture, habillement,activités...) peut paraître déconcertante, stérile,voire mal-venue

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Raffa le Jeu 10 Juin 2010 - 19:31

bah faut pas s'emballer Very Happy personne n'est attaqué ni visé et chacun apporte son point de vue. Merci de le partager d'ailleurs.

A ce sujet je vous partage cette pensée pas créatrice du tout de ma part :

Passé un certain âge, lire détourne trop l'esprit de ses activités créatrices. Un homme qui lit trop et qui fait trop peu d'efforts cérébraux prend vite des habitudes de paresse d'esprit. A. Einstein.

Raffa

Date d'inscription : 12/11/2006

http://raffa.grandmenage.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Invité le Ven 11 Juin 2010 - 11:02

Passé un certain âge, lire détourne trop l'esprit de ses activités créatrices
...le tout c'est de savoir à quel âge, il faut s'arrêter de lire trop ? et lire trop, est une notion propre à chacun .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Invité le Ven 11 Juin 2010 - 16:29

Bonjour,
Je ne partage pas ton avis, Dempsey, sur les livres.
Se couper des idées qu'ils peuvent apporter - ce que j'ai fait il y a quelques années - est se priver d'une grande richesse, que tu es libre d'intégrer ou non à ton mode de pensée ou de vie.
Effectivement, si pendant que tu lis un livre, tu n'es pas forcément créatif, il faut plutôt l'envisager comme un cycle de lecture-création, ou alternent une période d'acquisition de nouvelles idées, puis une période d'intégration de celles-ci dans la vie de tous les jours.
Ensuite, il est possible de ne lire que quelques lignes d'un livre; rien n'oblige à le lire en entier ! L'essentiel - là encore - est ce que cela te procure.
A ce sujet, je me permets de citer l'ouvrage de Pierre Bayard: Comment parler des livres qu'on n'a pas lus (Editions de Minuit, 2007). Il aborde les différentes façons de lire un livre, et les manières de se les approprier.

Cordialement,
Laurent

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Invité le Sam 12 Juin 2010 - 15:30

Enfin, quelqu'un qui ne partage pas mon avis : tant mieu !!!
mais aprés la citation d'Einsten, gracieusement mis à disposition par Raffa, il n'y a plus grand chose à dire , pôvre béotien !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Invité le Sam 12 Juin 2010 - 17:42

à propos d'Einstein et de paresse d'esprit, on se souviendra que ce monsieur a recopié (pillé) les travaux d'Henri Poincaré, alors on peut se passer de ses aphorismes et de ses leçons de morale...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Invité le Dim 13 Juin 2010 - 10:46

La controverse sur la paternité de la relativité (restreinte) fait jaser. Si nul n'a jamais douté du génie d'Henri Poincaré, il faut réaffirmer que la théorie de la relativité est bien l'œuvre d'Einstein, n'en déplaise aux tenants cocardiers d'un complot germanique contre Poincaré.

Jean Eisenstaedt
article paru dans pourlascience.fr

c'est pas si simple ? on peut dire tout et son contraire...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Raffa le Dim 13 Juin 2010 - 11:53

En même temps si j'avais du attendre que ceux qui m'ont appris quelque chose ou suscité ma réflexion (cela va des auteurs/artistes divers et variés des siècles précédents ou du notre aux profs que j'ai pu avoir jusqu'aux amis et inconnus qui ont croisé ma route) soient sans tache et sans reproche avec une vie moralement parfaite (morale sur base de quoi d'ailleurs ?) pour avoir le droit de me donner leur opinions ou leur réflexions basées sur leur propre vécu et apprentissage et que je fasse ma propre réflexion à partir de la leur, je crois que je n'aurais pas des masses avancé, sur la voie que je me choisis et me trace au fur et à mesure de mon évolution, ou beaucoup plus lentement Je pense aussi tout simplement que des conneries, des malheurs, des trucs immoraux (diantre !) etc. ils faut en avoir fait pour pouvoir les analyser et avancer.

En l'occurrence je pense qu'Einstein parlait en grande partie de lui-même sur ce coup là.

Raffa

Date d'inscription : 12/11/2006

http://raffa.grandmenage.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Digitale le Mer 16 Juin 2010 - 23:11

Au fait, avez-vous vu le film "La tête en friche ?" J'irai le voir dès que possible. C'est tellement beau de voir un être accepter de se "défricher"

Je pourrais me passer de bien des choses, de bouffe, de vêtements, de ce qu'on veut. Mais de livres, jamais Mes potes à moi, mes zamis, mes zamours, merci à tous ces auteurs qui expriment merveilleusement bien leur réflexion et font avancer la mienne. La plus belle intelligence que je connaisse est celle du COEUR : pas besoin de lire des centaines de livres pour l'avoir. Mais honnêtement, j'ai une plus grande connivence avec ceux qui aiment et font aimer les livres. Je n'ai jamais été une artiste, je suis gauche de mes doigts, d'autant que j'ai une très mauvaise vue. Par contre, lire et réfléchir avec mes lectures, j'adore. C'est la nourriture de mon esprit, et "l'homme ne se nourrit pas que de pain". C'est comme ça, c'est ma "famille d'esprit", je n'ai pas l'esprit tourné vers l'expression par l'art plastique ou pictural, mais l'expression par les mots interposés, pour moi c'est sublissime. C'est mon truc, quoi !
avatar
Digitale

Localisation : PACA
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Invité le Ven 18 Juin 2010 - 13:52

Digitale a écrit:
Je pourrais me passer de bien des choses, de bouffe, de vêtements, de ce qu'on veut. Mais de livres, jamais !
tu oublies le sexe, digitale ?

comment parler de sobriété, avec des goinfres de lectures !
Je ne remets pas en cause le plaisir du livre, je pose la question si on peut vivre en faisant abstraction de ces millions d'expériences véhiculées par le livre.
pensées-écritures-lectures...font avancer notre réflexion ? sommes-nous des êtres de seconde main, qui vivont en fonction de la réflexion des autres ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Digitale le Ven 18 Juin 2010 - 15:19

Il faut l'entendre comment, "goinfres" de lecture ? Depuis que j'ai su lire, j'ai énormément lu. Et puis il y a eu des périodes "sans" (comme pour le sexe, mais je te précise que dans l'autre post je reliais le sexe à une relation amoureuse, pas le sexe en tant que tel : je ne sépare pas les deux). Je connais des personnes qui n'aiment pas lire.

Peut-on vivre sans l'apport de la réflexion des autres ? La construction de soi est une co-construction, on prend tous un peu des uns et des autres pour évoluer. Si on est sur un forum, c'est pour partager aussi ses réflexions : autrement, pourquoi ne pas rester seul dans son coin à ruminer... ça ne nous mènerait pas loin. On ne peut pas faire QUE s'appuyer sur la réflexion de l'autre, mais ça nous aide à construire la nôtre, et ceux que nous lisons aujourd'hui se sont eux-mêmes appuyés sur d'autres qui les ont précédés. La lecture permet de rencontrer les réflexions de personnes merveilleuses que nous n'aurions pas eu la chance de rencontrer autrement. Et il y a des gens que l'on est fiers de connaître par lecture interposée.

Et si on vient sur des forums, est-on aussi des "êtres de seconde main", parce qu'on ne réfléchit pas tout seul ?
avatar
Digitale

Localisation : PACA
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Invité le Sam 19 Juin 2010 - 11:45

Digitale a écrit:

Et si on vient sur des forums, est-on aussi des "êtres de seconde main", parce qu'on ne réfléchit pas tout seul ?

le principe des fora, c'est que cela est presque du direct, de l'instantanée : on peut comparer ce moyen à une discussion entre amis. Le livre à priori , on le subit, on le digére; on est seul face à l'auteur.
j'entends par seconde main, une personne qui répéte un discours lu, une pensée écrite, et qui s'approprie le raisonnement intellectuel des autres ( tout cela mixé à sa propre sauce ).C'est important de rester simple intellectuellement parlant, sans être parasité par un tas d'idéologie . ( la simplicité volontaire ? bq de personnes vivent une simplicité imposée ?) ....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Digitale le Sam 19 Juin 2010 - 23:50

Ben si pour toi, lire, c'est n'opérer aucune transformation, je comprends . Quand on lit, c'est avec son sens critique, on n'est pas des vases vides que l'on remplit.

Lire un livre, c'est pour moi écouter un ami. Après j'aurai la parole pour dire autre chose. Je viens de boucler un mémoire de près de 90 pages, ça fait 9 mois que je bossais dessus. La réflexion des autres m'a aidée pour commencer, puis au contact de la réalité que j'avais à étudier, je me suis forgé ma propre opinion, qui sur certains points rejoignaient celles des auteurs lus, et sur d'autres divergeaient. Je me sens enrichie par ce travail, car c'est un travail que de mener une réflexion.

Et dans les discussions entre amis, on ne va pas aussi loin que dans un livre.

Mais chacun son avis, et je te laisse le tien, bien volontiers
avatar
Digitale

Localisation : PACA
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Invité le Mar 17 Aoû 2010 - 13:58

la véritable connaissance est dans le coeur, pas dans les livres
proverbe persan study

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres et la sobriété

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum