Simplicité volontaire et décalage social

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Simplicité volontaire et décalage social

Message par calispera le Lun 5 Fév 2007 - 12:25

Re Magali,

J'ai changé la réponse à ton message de place car je pense que le sujet vaut la peine de passer dans une rubrique ciblée.

BZH41 a écrit:Bonjour calispera,

je te remercie de ton message.j'ai lu le texte que tu as écrit et je me suis effectivement retrouvée dans de nombreuses choses.

ce qui a fait écho en moi c'est quand tu parles de la peur d'être en décalage avec le reste de la société. j'ai l'impression que tout le monde (sauf les membres d'asso écolo que je fréquente) me considèrent aux mieux comme une "doux dingue" et mes parents même s'ils n'en disent rien attendent que j'ai fini cette crise d'adolescence a retardement.
j'ai longtemps eu peur de voir que je m'écartais de plus en plus de la norme et j'ai pensé qu'il me serait difficile de trouver des gens qui partagaient les même convictions que moi (en particulier au niveau amoureux). aujourd'hui je suis ma voie c'est la seule manière d'être en accord avec moi-même et tans pis pour les autres.


Le décalage que provoque la SV est peut-être vécu très différemment par chacun. Certains ne le ressentent même peut-être pas.

Au début pour ma part, j'ai eu l'impression aussi d'être prise pour une doux dingue, surtout que je vis seule, très isolée, et ne travaille pas. Donc il est vite fait de penser que je déraille un peu, que mon isolement m'éloigne des réalités de la vie, etc.
Pourtant, avec le temps, j'ai plutôt l'impression inverse. Les gens me prennent plus au sérieux, ils ne vont pas jusqu'à m'imiter, mais ne me contredisent plus de la même manière, et j'ai l'impression qu'ils approuvent ce que je fais, peut-être parce que avec le temps ils ont un peu mieux compris dans quoi je suis, peut-être parce que j'ai appris à présenter différemment les choses, ou peut-être parce que l'actualité pousse à comprendre un peu mieux que la surconsommation et le gaspillage a outrance ne sont plus les voies royales vers le bonheur et la survie de l'humanité et de la planète.
Il se peut aussi que je m'illusionne, et qu'ils se disent que je déraille à un tel point, qu'il vaut mieux ne plus m'en parler, sinon je repars dans mes beaux discours qui les ennuient? Mais je ne pense pas. J'ai l'impression de recevoir une certaine estime des gens. Même que je "bluffe" certains par mes connaissances alternatives sur l'actualité, ou sur les trucs et astuces faciles à mettre en pratique pour moins consommer et gaspiller.
Peut-être aussi qu'ils n'y croyaient pas au départ, mais le fait d'avoir vidé un demi camion de mon appartement (désencombrement), le fait qu'ils voient que je maintiens non seulement mes positions, mais aussi que je transpose tout cela en actes, le fait que j'aborde plus facilement des sujets moins superficiels etc. amènent plus de confiance.
En fait, je pense que pour l'entourage, il faut un temps d'acceptation. Une fois ce temps passé, si on ne fait pas trop de concession en leur faveur (ce qui nous décrédibiliserait), ils cessent de tenter de nous ramener sur le "bon chemin" et sont aussi titillés par notre démarche.

Par contre je vis un autre décalage. Comme je l'ai dit je suis isolée car sans travail et en santé pas trop géniale. Et la simplicité volontaire n'aide en rien dans cette situation. J'aimerais pouvoir côtoyer régulièrement des gens proches de chez moi qui suivent le même genre de chemin. Je suis parfois en contact avec des gens qui sont intéressés par la simplicité volontaire, mais pour la plupart ils restent dans une mentalité assez militante, voire missionnariste : "il faut aller enseigner aux autres la sv". Alors que pour moi, il faut surtout se préoccuper de la pratiquer avant de rayonner autour de soi. Et c'est lié au premier décalage : tant qu'on ne la pratique pas par conviction ou besoin ou conscience, mais plus par militance, on ne rayonne rien autour de soi et passe pour uluberlu.
Bref, en dehors des forums, je ne trouve personne qui pratique le même genre de démarche. Et j'ai de plus en plus de mal, à nouer des relations durables avec des gens qui sont loin de cette sphère. Car tant qu'on a une préoccupation commune comme un sport, le boulot, un loisir etc., les conversations peuvent tourner autour de cet objectif. Mais s'il s'agit de discuter autour d'un verre et d'aborder n'importe quel sujet, presque tout est touché par la mentalité qui tourne autour de la simplicité volontaire. Et là, très vite, le décalage met des barrières entre ces gens et moi. Si on parle actualité, là forcément les sujets guerre, réchauffement de la planète, répartition inéquitable des biens, croissance économiques etc. sont des sujets qui viennent vite sur le tapis, et hop, les désaccords, ou gouffres entre les types de connaissances sont mis au jour. S'il s'agit de parler vacances, ménage, mode et shopping, émissions télé (je n'ai plus de télé), là aussi le décalage apparaît directement. Et dans tous les autres sujets, en filigrane, ça revient constamment.
Je peux me retenir d'aborder le sujet un bon moment, et parler superficiellement, ou en évitant les sujets qui gênent un moment, mais pas des mois et des années.
Donc ce décalage là est pour moi vraiment difficile à vivre, car il remet en question les liens d'amitié, l'entourage etc.
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par loulie le Lun 5 Fév 2007 - 15:34

Chère calispera je suis désolée que ta santé soit pas géniale, et j'aimerais bien t'avoir comme voisine
....je SAIS exactement de quoi tu parles... pareil pour moi, depuis que j'ai quitté le nid famillial il y a .. euh...34 ans.
Vive les Décalées Volontaires... Vive la Dinguodouceur!

Je suis certaine que tu as fait réfléchir des gens, et donné l'exemple du courage et de la persévérance.

Magali ... welcome in the club.
Un quidam a dit que ce sont les femmes solitaires qui vont faire le plus pour le bien-être de l'humanité ... parce qu'elles sont fortes et respectent leurs valeurs.
Savez les filles, les gars peuvent être très admirateurs de femme intelligente et forte, et prétendants en titre à la cohabitation MAIS ... leur orgueil, et souvent malgré eux, font qu'ils se sentent vite malheureux pour de multiples raisons..
Je vis seule depuis très longtemps et j'ai plutôt exploré les multiples facettes de l'amitié-amoureuse avec les hommes que de forcer la cohabitation ... bref.....
Perso, je trouve beaucoup plus difficile de me retrouver au milieu de personnes que j'aime à qui je ne peux rien dire de ce que je pense et vis.. je les vois moins, de moins en moins...

Passer pour une "douce dingue" ça me dérange pas du tout, au contraire, je joue avec ça, je fais le clown, je babille, je "roucoule" comme dit un ami quand je vais en ville ( rare)... sentir l'hostilité ça c'est pas rigolo, car il y en a aussi... sans parler des institutions qui n'ont jamais jamais de petite case dans leur formulaire qui correspond à ma situation...!!! mais je lâche pas
Bonne journée amies d'outre-mer
loulie

loulie
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par loulie le Lun 5 Fév 2007 - 18:30

Pour une démarche dans une institution financière, j'étais tellement "décalée" aux yeux du système que l'agente qui m'était dévolue m'a dit qu'ILS s'expliquaient difficilement comment je pouvais vivre avec si peu en ajoutant, détournant son regard, "à moins que vous nous cachiez des revenus"... j'ai vu rouge !!!!
(je me change en dragonne dns ces cas là et j'effectue des sorties théâtrales... !)

je suis retournée chez moi et j'ai préparé une looooonnnngue liste de tout ce que je ne consommais pas avec une colonne pour les frais à zéro au bout de chaque ligne ( genre;teinturier=0 coiffeur=0 abonnement journaux-magazines=0...etc ) et une petite liste de mes frais courants et une encore plus petite de mes frais exceptionnels... depuis ce temps là, ILS me f.. la paix !
Suis-je la seule à connaître ce genre de... relation !
loulie

loulie
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par Nicollas le Lun 5 Fév 2007 - 19:28

En même temps, un des slogans de la SV et de la décroissance n'est il pas "moins de biens plus de liens ?"

Je suppose que la pratique de la SV devrait créer des liens avec des gens qui partagent les même préoccupations que nous : par exemple dans une AMAP, une coopérative d'achat etc.
De plus le côté "localiste" de la SV amène à lier connaissance avec son voisin de pallier, de quartier, ou de village soit pour se défendre ou tout simplement améliorer son cadre de vie, de renouer avec ses commerçants aussi

Nicollas

Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 11/01/2007

http://madeinearth.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par Pistil le Mar 6 Fév 2007 - 13:46

calispera a écrit: Mais s'il s'agit de discuter autour d'un verre et d'aborder n'importe quel sujet, presque tout est touché par la mentalité qui tourne autour de la simplicité volontaire. Et là, très vite, le décalage met des barrières entre ces gens et moi. Si on parle actualité, là forcément les sujets guerre, réchauffement de la planète, répartition inéquitable des biens, croissance économique etc. sont des sujets qui viennent vite sur le tapis, et hop, les désaccords, ou gouffres entre les types de connaissances sont mis au jour. S'il s'agit de parler vacances, ménage, mode et shopping, émissions télé (je n'ai plus de télé), là aussi le décalage apparaît directement. Et dans tous les autres sujets, en filigrane, ça revient constamment.
Je peux me retenir d'aborder le sujet un bon moment, et parler superficiellement, ou en évitant les sujets qui gênent un moment, mais pas des mois et des années.
Donc ce décalage là est pour moi vraiment difficile à vivre, car il remet en question les liens d'amitié, l'entourage etc.

Pour le moment je ne ressens pas réellement ce décalage avec mes proches, peut-être parce que mon engagement dans la SV est surtout réflexif et pas tellement pratique. Mais j'y réfléchis beaucoup, parce que je crois en effet qu'à un moment la question se posera comme un problème.
Mes amis n'adhèrent pas à cette démarche : certains la voient avec sympathie, d'autres avec ahurissement voire une certaine hostilité, d'autres l'ignorent totalement. Je ne fais aucun prosélytisme mais le simple fait de discuter, et de mettre en place certaines pratiques, peut soulever des questions, une demande d'explication en face qui à force ... peut être assez fatigante. Je n'aime pas me justifier, et parfois j'ai l'impression que c'est ce que l'on exige de moi. (Je compte bosser sur la communication non-violente d'ailleurs.)
A terme, je me demande si je ne vais pas me "détacher" (naturellement, sans le chercher) de certaines personnes que j'aime, mais dont la façon de vivre répond à des valeurs (de surconsommation notamment) que je tiens pour dangereuses. Je ne peux ni ne veux leur demander de changer, mais je me demande si nous aurons encore des choses à partager longtemps ... (Par exemple, ma mère vit dans un mode de surconsommation hallucinant, et je suis a peu près persuadée qu'elle n'en changera pas. Or le fait de passer du temps avec elle suppose soit d'adopter ses moeurs, soit d'entrer en conflit ... et je refuse l'un et l'autre.)
Mais je suis peut-être pessimiste ... Parce que si je ne suis pas inquiète quant à ma vie sociale dans son ensemble - des SVistes et sympathisants j'en découvre sans arrêt - je trouverais triste de ne fréquenter que des gens qui me ressemblent. Mais, j'ai le même ressenti que Calispera : la démarche de SV (et dans mon cas la réflexion de décroissance) imprègnent tous les domaines de la vie et de la pensée, et une mésentente sur le sujet amène selon moi une distance bien plus grande qu'une "simple" différence d'opinion politique par exemple.
avatar
Pistil

Age : 36
Localisation : Aveyron
Date d'inscription : 15/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par calispera le Mar 6 Fév 2007 - 17:12

Bonjour Pistil, Loulie et Madeinearth,

J'ai coupé mon message en trois, pas que pour Joël, mais en pensant à lui tout de même Wink Je réponds donc à chacun dans un message différent. Cependant leur contenu est lié.

madeinearth a écrit:En même temps, un des slogans de la SV et de la décroissance n'est il pas "moins de biens plus de liens ?"

"Slogan"? Wink comme tu y vas! Je ne pense pas que la sv fonctionne par "slogan".
J'ai justement assisté à une réunion de sv hier sur ce thème, (moins de biens plus de liens) et ça ressemblait plus à une réunion décroissance qu'une réunion sv.

Personnellement je pense "qu'en théorie" en effet, la sv devrait créer plus de liens. Et j'espère que sur le long terme je pourrai le voir dans la pratique. Mais je dois bien avouer que pour le moment à Bruxelles, j'ai de meilleures relations avec les gens qui ne font pas de sv qu'avec ceux qui en font (mes voisins, les gens avec qui je fais du sport, les gens du magasin bio). Disons que ce n'est pas vraiment lié à la sv, c'est plutôt que ceux que je rencontre et qui se disent intéressés par la sv, n'adhèrent pas vraiment au concept de sv, ils mettent la priorité soit à militer, soit à consommer Wink Disons qu'ils sont dans les intentions plus que dans les actes. Je ne veux pas leur jeter la pierre, et je pense qu'ils sont à une étape au début de la sv. Et je ressens donc le décalage d'autant plus avec eux, car j'ai l'impression de parler avec des murs puisqu'ils disent être dans un cadre de sv, mais de leur témoignage ou discours ressortent soit des revendications et dénonciations en continu, soit une tendance à justifier leur consommation parce qu'ils estiment ne pas avoir d'autre choix.
Je reste d'ailleurs étonnée de rencontrer sur les forums (celui-ci surtout et ceux de Yahoo) des gens avec qui j'accroche vraiment pour communiquer sur la sv, même si nous ne partageons pas forcément les mêmes opinions ou manières de communiquer, et de ne pas parvenir à rencontrer des gens similaires à Bruxelles. C'est terriblement frustrant, et même un peu désespérant.
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par calispera le Mar 6 Fév 2007 - 17:17

loulie a écrit:Chère calispera je suis désolée que ta santé soit pas géniale, et j'aimerais bien t'avoir comme voisine

Lol loulie, merci de ta compassion et du compliment! Smile
Je te préviendrai dès qu'un appartement se libère au-dessus ou en dessous de chez moi Wink car pour être franche, le Québec, je ne pense pas que je pourrais m'y adapter. Imagine : je porte un bonnet à l'extérieur, au dessous de 17-18 degrés, et chez moi j'ai les pieds gelés même à 19°. Comment pourrais-je survivre à -20° -40°? Wink)

....je SAIS exactement de quoi tu parles... pareil pour moi, depuis que j'ai quitté le nid famillial il y a .. euh...34 ans.
Vive les Décalées Volontaires... Vive la Dinguodouceur!

Je ne sais pas si je parviendrai à prendre la chose aussi légèrement que toi, car je ne me sens pas du tout doux-dingue, et j'avoue ne pas adorer être isolée à ce point.

Je suis certaine que tu as fait réfléchir des gens, et donné l'exemple du courage et de la persévérance.

Oui, certains me le disent carrément : je les chamboule. Et justement, ils ne cherchent plus trop à passer des moments avec moi, ce que je dis les remet trop en question. Pas que je leur dicte quoi que ce soit, mais c'est mon témoignage qui suscite du remou. Les gens font énormément de concessions par rapport à leurs convictions et leurs espoirs, moi j'en fais plutôt trop peu. C'est donc très dérangeant de parler avec quelqu'un comme moi. A la longue je mets mal à l'aise ou j'ennuie.

Un quidam a dit que ce sont les femmes solitaires qui vont faire le plus pour le bien-être de l'humanité ... parce qu'elles sont fortes et respectent leurs valeurs.

Ah bon? Et c'est qui ce "quidam"? Je trouve ça très flatteur bien sûr mais pas justifié.

Je vis seule depuis très longtemps et j'ai plutôt exploré les multiples facettes de l'amitié-amoureuse avec les hommes que de forcer la cohabitation ... bref.....
Perso, je trouve beaucoup plus difficile de me retrouver au milieu de personnes que j'aime à qui je ne peux rien dire de ce que je pense et vis.. je les vois moins, de moins en moins...

Oui, je vis un peu pareil. J'ai un plaisir fou à avoir des activités avec les gens, peu importe qui (ou presque) tant que c'est l'activité qui crée le lien. Par contre, dès qu'il s'agit d'être avec des gens, sans autre activité que de passer un bon moment ensemble (autour d'un verre ou d'un bon repas par exemple), j'ai le choix de soit tenter de parler des thèmes qui me tiennent à coeur, et d'ennuyer, soit de les écouter parler, et de ne pas me sentir à ma place. Donc moi aussi j'ai tendance à fuir ces situations. Et comme je le dis à madeinearth, je vis cela encore plus intensément avec les gens qui se disent intéressés par la sv, car mon espoir est sans doute plus grand d'avoir enfin un échange comme on les a ici sur le forum, et je me le rattrape en pleine gueule, car très vite je me rends compte qu'ils prétendent parler sv et qu'en fait ils parlent militance ou orientent les échanges hors sv.

... sans parler des institutions qui n'ont jamais jamais de petite case dans leur formulaire qui correspond à ma situation...!!! mais je lâche pas

Lol oui, j'ai ça de plus en plus souvent aussi. Et la petite case "autre" est rarement présente dans ces cas-là.

****************
loulie a écrit:Pour une démarche dans une institution financière, j'étais tellement "décalée" aux yeux du système que l'agente qui m'était dévolue m'a dit qu'ILS s'expliquaient difficilement comment je pouvais vivre avec si peu en ajoutant, détournant son regard, "à moins que vous nous cachiez des revenus"... j'ai vu rouge !!!!
(je me change en dragonne dns ces cas là et j'effectue des sorties théâtrales... !)

je suis retournée chez moi et j'ai préparé une looooonnnngue liste de tout ce que je ne consommais pas avec une colonne pour les frais à zéro au bout de chaque ligne ( genre;teinturier=0 coiffeur=0 abonnement journaux-magazines=0...etc ) et une petite liste de mes frais courants et une encore plus petite de mes frais exceptionnels... depuis ce temps là, ILS me f.. la paix !
Suis-je la seule à connaître ce genre de... relation !

Jusqu'à présent j'ai été épargnée à ce sujet. Au contraire, c'est un peu l'inverse qui se passe. Au début de mon arrêt de travail, alors que je continuais à percevoir un salaire aisé, on me prenait pour une profiteuse, et une flemmarde, avec en plus un brin de jalousie pour épicer le tout. A présent, les gens sont plus compréhensifs. Ils semblent enfin comprendre que le fait de ne pas travailler n'est pas un choix et qu'en parallèle je ne gaspille pas ce salaire puisque mes dépenses ne cessent de diminuer depuis quelques années. Et en dernier lieu, ils voient également que j'utilise beaucoup de mon temps et de mon énergie non seulement pour me soigner et faire l'impossible pour guérir (et je commence à y arriver Wink) mais aussi à agir par rapport à la simplicité volontaire : chercher des informations, lire des bouquins (parfois les condenser), écrire des messages et articles, écrire mon bouquin, créer des dossiers, tenter de créer ou participer à des groupes de sv, etc., et que c'est en relation avec une vie quotidienne orientée dans la même direction.
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par calispera le Mar 6 Fév 2007 - 17:21

Pistil a écrit:Mes amis n'adhèrent pas à cette démarche : certains la voient avec sympathie, d'autres avec ahurissement voire une certaine hostilité, d'autres l'ignorent totalement. Je ne fais aucun prosélytisme mais le simple fait de discuter, et de mettre en place certaines pratiques, peut soulever des questions, une demande d'explication en face qui à force ... peut être assez fatigante. Je n'aime pas me justifier, et parfois j'ai l'impression que c'est ce que l'on exige de moi. (Je compte bosser sur la communication non-violente d'ailleurs.)

Ce que tu dis là me parle, car ayant fait une formation d'introduction à la communication non-violente, je pense qu'il puisse en effet y avoir des solutions de ce côté-là. J'ai lu et même condensé plusieurs bouquins qui me passionnent, sur la communication relationnelle. Et cet apprentissage continue à m'intéresser au plus haut point.
A l'écrit, je suis bien meilleure qu'à l'oral pour la communication, tout simplement parce que j'ai appris à peser mes mots, et laisser attendre mes textes, pour les modifier plus tard (au cas où ma réponse est trop impulsive). Je parle aussi nettement plus en mon nom propre à l'écrit, en jonchant le texte de : "à mon avis, selon moi, pour ma part, je pense, personnellement, etc., en tentant toujours de faire passer que je n'assène pas "la" vérité, mais juste "ma" vérité du moment. On m'a même une fois reproché d'être trop égocentrique dans mon discours, alors qu'il ne s'agit juste que d'une forme de prudence.

Donc, sur les forums, je me débrouille de mieux en mieux et trouve en effet des alliés précieux. Dans la vie réelle c'est tout autre chose. Il est difficile de ne pas répondre spontanément, voire impulsivement, quand on est en pleine conversation avec des proches. Je ne parle même pas de disputes ou de confrontations, juste une conversation. Il suffit alors qu'un sujet sv soit frôlé, et spontanément je sors un jugement péremptoire (quelque chose qui est devenu presque évident pour moi avec le temps) style, "ah ben oui, mais bon, moi je n'ai plus de télé : la télé, elle nous lave le cerveau." Je sais bien que je cherche à titiller en disant cela, je le dis semi sérieux, semi taquin. Mais bien souvent, je me retrouve face à des gens qui bondissent, ou quittent immédiatement le sujet, car ils n'apprécient pas du tout, parce que mon discours leur fait peur, parce qu'ils n'ont pas envie d'aborder un sujet sérieux, parce qu'ils sont hyper accros à la télé, ou pour mille autres raisons du genre. Et moi je me retrouve face à mon problème : ah ben voilà, encore une fois, pas moyen de dire qui je suis, de parler de mes préoccupations, de partager sur des sujets qui me tiennent à coeur etc.

A terme, je me demande si je ne vais pas me "détacher" (naturellement, sans le chercher) de certaines personnes que j'aime, mais dont la façon de vivre répond à des valeurs (de surconsommation notamment) que je tiens pour dangereuses. Je ne peux ni ne veux leur demander de changer, mais je me demande si nous aurons encore des choses à partager longtemps ... (Par exemple, ma mère vit dans un mode de surconsommation hallucinant, et je suis a peu près persuadée qu'elle n'en changera pas. Or le fait de passer du temps avec elle suppose soit d'adopter ses moeurs, soit d'entrer en conflit ... et je refuse l'un et l'autre.)

La sv mène beaucoup de gens à changer de travail, mais je pense aussi qu'elle peut mener en effet à changer d'entourage. Pourtant dans les quelques textes qui parlent de sv, je n'ai jamais vu ce problème exposé. S'il s'agit d'un problème réel vécu par beaucoup de gens qui font de la sv, je trouverais honnête de pouvoir en parler, et qu'il soit mentionné dans les textes qui parlent de sv.
Cependant, pour en revenir à la communication relationnelle, il se peut aussi, qu'en apprenant à communiquer autrement, comme cela touche bien moins à une technique qu'à nos modes de penser, cela pourraît nous amener à plus de compréhension, flexibilité vis-à-vis de l'entourage. J'avoue rester perplexe.

Mais je suis peut-être pessimiste ... Parce que si je ne suis pas inquiète quant à ma vie sociale dans son ensemble - des SVistes et sympathisants j'en découvre sans arrêt -

Ce n'est malheureusement pas mon cas, car cela me faciliterait les choses.

je trouverais triste de ne fréquenter que des gens qui me ressemblent. Mais, j'ai le même ressenti que Calispera : la démarche de SV (et dans mon cas la réflexion de décroissance) imprègnent tous les domaines de la vie et de la pensée, et une mésentente sur le sujet amène selon moi une distance bien plus grande qu'une "simple" différence d'opinion politique par exemple.

Personnellement, je pense que si j'avais dans mon entourage, ne fut-ce que 2-3 personnes qui fonctionnent sur la même longueur d'onde, et que je les fréquentais régulièrement, je n'aurais aucun problème à frequenter des gens très très différents de moi, sans avoir le besoin de "la ramener" à chaque occasion.

Je me rends d'ailleurs bien compte que j'ennuie, choque, révulse les gens avec mes sujets, car justement j'ai un trop grand besoin de "les placer" dans la conversation. Car quand ce besoin est moins grand (ça arrive parfois Wink) les sujets tendances sv sont moins présents à mon esprit, et s'ils sont abordés avec des gens non sv, cela se passe naturellement, et à ce moment là, ce que je dis fait vraiment mouche.
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par loulie le Mar 6 Fév 2007 - 19:14

Salut les copines.. et les copains...

Pourquoi "la ramener" ?? comme dit calispera..
Si un ou une me raconte une émission télé, je laisse aller jusqu'au bout et ensuite, je dis juste "j'ai pas la télé" ... ça leur suffit bien, les "pauvres" ... la plupart se sentent déjà asez mal comme ça sans en rajouter, ou bien ça les confond et ils perdent leur point de repère et ne savent plus comment nous parler, ou bien ils se sentent jugés et menacés... j'essaie toujours de vite récupérer si il y a un malaise en réactivant la conversation genre " mais j'en ai entendu parler" ou "je connais le sujet mais à partir d'un livre" etc...

Avec les changements sociaux actuels, le réveil d'une partie de la population, le "décalage" n'est plus d'un seul côté désormais...!
Plusieurs, de plus en plus, commencent à se sentir "décalés" par rapport à ce qui aurait dû être fait il y a bien des années pour la planète, pour leur santé, leur joie de vivre, pour la sauvegarde de la nature et de l'eau pure... pensons que nous sommes non seulement des éléments de changements, par nos exemples, mais aussi et surtout d'encouragements.

Le "timing" ( n'en déplaise au puriste je conais pas d'expression plus percutante) est BON en ce moment ... les yeux, les oreilles et les coeurs s'entrouvrent... profitons-en.. avec douceur et amour !

(ce qui ne m'empêche pas de "péter ma coche" quand je vois une horreur... les pêcheurs du long de la rivière m'ont fait une réputation !! ça les tient tranquilles...)
loulie

loulie
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par Joël le Mar 6 Fév 2007 - 21:54

calispera a écrit:J'ai coupé mon message en trois, pas que pour Joël, mais en pensant à lui tout de même Wink
C'est sympa de penser à moi. C'est vrai que ce sujet est passionnant et que l'on aurait envie de dire pas mal de choses. Il y aura toujours plusieurs vitesses et des gens qui ne font pas ce qu'il disent. Dans une certaine mesure je me classe un peu parmi ceux-ci. Je sais que j'ai encore une bonne marge de progrès Cool Ce qui est un peu énervant ce sont les gens qui sont en plus dogmatiques, passe encore de ne pas être en accord mais il faut au moins savoir le reconnaître pour évoluer.

Le timing est BON en ce moment ... c'est vrai, je le constate tous les jours. Quand j'en parlent, certains sont sceptiques mais tous sont intéressés. "Les yeux, les oreilles et les coeurs s'entrouvrent... profitons-en.. avec douceur et amour !" OK

Mais d'où vient "péter ma coche"? On comprend le sens mais l'origine? Je connais qq qui dit "On a raté la coche", je suis tenté de le corriger mais comme je passe pour un intello, je me dis que c'est pas si mal de moderniser les expressions du temps des dilligences. Mon mot québecois favori c'est "enfirouaper", wrapper dans la fur (fourrure), embobiner.
avatar
Joël

Localisation : St Ju - Près de Genève
Date d'inscription : 16/10/2006

http://perino.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par loulie le Mar 6 Fév 2007 - 23:48

HS décalage culturel...!

Péter ma coche d'où ça vient ?
Aucune maudite idée !
Mais c'est cerain que c'est pire que la rater ... imagine une dent de roue d'engrenage en fonte et pataâowf !! la coche pète !!!!
mais je crois que c'est moderne comme expression.
Et tu les prends où tes mots québécois ?
HS décalage culturel Fin

Joël, si tu dis comme moi que le timing est BON alors je suis aux anges !!!
Ce midi, j'ai écouté les infos à la radio ( ça se souligne !) et j'ai hiphiphourraé because 3 nouvelles
...l'ONU qui se prononce enfin pour la fin des enfants soldats.. merci mon dieu !

...... la Santé Publique du Québec ( ministère) s'oppose à un projet de port méthainier américain sur les bords du St-Laurent

... et en plus dans le Guide Alimentaire canadien Rénové ils ont inclus le kéfir, les laits végétaux, et mis l'emphase sur l'alimentation végétarienne, parlé des intolérances au lactose, et de l'importance de diminuer la consommation de viande .. et ils ont une liste de saletés à éviter; aliments rafinés à commencer par le sucre, croustilles, fst food, mets préparés, tablettes de chocolat etc... et les nutritionistes qui ont élaboré le guide ont dit aussi .. ça j'en croyais pas mes oreilles ... que maintenant c'était incontournable de se pencher sur nos désastreuses pratiques agricoles qui empoisonnent !!.... Ils ont OSÉ se prononcer contre l,économie alimentaire industrielle !!!! hip hip ...
(merci de votre participation virtuelle )
je trouve que c'est très émouvant .. pas vous ????
Moi qui ai milité dans les premières coop d'alimenttion naturelle au québec ( 1975..) je fais ENFIN !!!!!!!!!!!!!

Têt'ben quel'décalage s'étrécit !!!!!!

loulie happy !

loulie
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par Joël le Mer 7 Fév 2007 - 22:30

Eh oui, tout finit par arriver Loulie... J'espère que tu (nous) ne prêchera(ons) plus dans le désert et que d'autres bonnes nouvelles arriveront.
Têt'ben quel'décalage s'étrécit !!!!!!
Têt'ben!
avatar
Joël

Localisation : St Ju - Près de Genève
Date d'inscription : 16/10/2006

http://perino.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par Pistil le Mar 13 Mar 2007 - 15:17

Je farfouille dans le forum décroissance et je tombe sur une réflexion qui me paraît intéressante ... voir là :
http://forum.decroissance.info/viewtopic.php?t=4282
, ce que dit "Mans".
Qu'en pensez vous ?
avatar
Pistil

Age : 36
Localisation : Aveyron
Date d'inscription : 15/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par loulie le Mar 13 Mar 2007 - 17:25

Je suis inquiète...
la campagne électorale québécoise récupère le "thème" et la cause environnementale... et le Parti Vert se prostitue en appuyant bien sur le fait que "évidemment l'économie et le développement durable de la société est en tête de liste des priorités..."...
...!!!!

loulie
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par Mona le Mar 13 Mar 2007 - 20:53

Bonjour Pistil,
Merci pour le lien, le post est effectivement très intéressant. Le long message de Mans vaut vraiment le coup d'être lu, c'est un très beau témoignage. Il n'y a vraiment aucun chemin tracé d'avance, tout peut s'inventer tout suite, là où l'on se trouve, avec les gens qui nous entourent...
Après bien sûr, ça dépend de notre force personnelle : ça n'est pas évident de choisir la simplicité volontaire au milieu de gens absorbés dans la société de consommation. La sagesse veut parfois qu'on s'isole pour se protéger.
D'une misanthropie cynique à une complaisance trop accomodante, il n'est pas facile de trouver le juste milieu !
Ca me rappelle une discussion dans ce forum (dans le bar je crois ???) sur les concessions qu'on était amené à faire aux autres au sujet de notre mode de vie "simple".

Chère Loulie, en période électorale, fais comme moi : écoute encore moins la radio ! La parole des hommes politiques est malheureusement complètement phagocitée par les calculs électoraux... rares sont ceux qui font entendre réellement leurs idées !

Mona

Age : 46
Localisation : France - Franche-Comté
Date d'inscription : 15/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par calispera le Mar 13 Mar 2007 - 21:13

Pistil a écrit:Je farfouille dans le forum décroissance et je tombe sur une réflexion qui me paraît intéressante ... voir là :
http://forum.decroissance.info/viewtopic.php?t=4282
, ce que dit "Mans".
Qu'en pensez vous ?

J'ai bien aimé aussi ce témoignage. Tout d'abord parce qu'il part directement, concrètement de sa propre vie pour tirer des "leçons de vie". S'il ne veut pas partir, c'est pour de vraies raisons. Et j'admire la manière dont il décrit son cheminement.
De plus, je pense que si on veut avoir de l'influence autour de soi, il faut l'avoir sur les gens qui consomment encore beaucoup, se gavent de télé, gaspillent etc. Et il n'est pas besoin d'aller loin en général pour les côtoyer dans nos pays, il y en a partout.
Je pense aussi qu'aller ailleurs, ça peut nous apprendre beaucoup, mais ce n'est pas une solution à nos mal-êtres, à nos espoir de vivre mieux, ou plus en accord avec nos idées. Si nous ne sommes pas capables de trouver nos solutions ici et maintenant, il est bien probable que nous voyagerons avec les problèmes que nous tentons de fuir, et qu'ils se poseront tout autant loin de chez nous et peut-être de manière plus aigüe du fait qu'on a perdu nos repères. Il n'existe plus d'îles vierges pour les Robinson que nous nous imaginons être par moment Wink De plus, la décroissance, la simplicité volontaire ne sont pas des choix de fuir, mais bien de prendre le problème à bras le corps là où il se pose.
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par BZH41 le Mer 14 Mar 2007 - 17:22

tu sais loulie, c'est pareil en France : tous les partis se disent tout d'un coup "verts". Ils ont tous signés le "pacte écologique" de nicolas hulot.
avatar
BZH41

Age : 43
Localisation : limousin - france
Date d'inscription : 02/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par menuet le Jeu 19 Juil 2007 - 16:46

On ne comprend pas toujours, coment je vis. Je peux vivre simplement d'un côté, parceque de l'autre je suis un peu exigente. Par ex: je peux vivre sans meubles normaux, c'est tt de la récupération chez moi, mais j'ai investi dans un clavecin (qu'on m'a volé). J'ai des chiens, parceque j'aime les chiens et vivre avec des animaux, alors ça aussi ça te limite pour autre chose. Je peux vivre avec presque rien, (mon ado décompté).

Ma façon de vie peut paraître incohérente. J'aime le beau, je déteste le toc. Donc je n'aurai que 4 verres chez moi, mais ils seront beaux, même s'ils viennent de chez Emmaus.

Ben non, ma mère, elle m'achetait des verres style "promo de pompe à essence" qu'on a avec les points.... Je ferais bien vivre les artisans, si j'en avais les moyens.

menuet

Age : 60
Localisation : charleroi
Date d'inscription : 16/07/2007

http://menuet.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Simplicité volontaire et décalage social

Message par reveuse le Mer 21 Mai 2008 - 17:48

j'ai de plus en plus de difficultés de communiquer avec ma famille, ma soeur travaille tout le temps
pour avoir plein d'argent à dépenser et moi je me la coule douce comme mère au foyer de
4 enfants, elle adore la vie nocture dans les restos et les bars, je déteste le monde de la nuit et
claquer mon argent pour sortir la panse pleine des restos, j'adore ma maison, l'écologie,
la nourriture bio, l'éducation des enfants, la psycho aucun sujet ne nous rapproche je passe pour la chiante de service qui ne sait pas rire et s'éclater.
Pour mon frère et ma belle soeur en plus d'être chiante, je suis riche et prétentieuse, j'achète du bio et eux doivent se contenter du hard discount mais ils achètent des vêtements de marque
et je n'oserais pas dire que j'achète du 2e main car en plus on me prendrait pour une radin...
Résultat j'ai l'impression que personne ne me comprend et je trouve la plupart des gens
"inintéressants" même si je m'efforce de ne pas juger les gens .
A la limite, quand je trouve qqn avec qui partager ma vision de la vie ces personnes font souvent
partie du 3e âge...
avatar
reveuse

Age : 49
Localisation : charleroi belgique
Date d'inscription : 24/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum