la violence à l'école

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

la violence à l'école

Message par reveuse le Ven 27 Mai 2011 - 10:32

mes 2 derniers sont en 1e et 4e primaire dans une école où le mot d'ordre est "une place pour tous", une école qui ne pratique pas l'élitisme mais où je pensais avoir un enseignement de qualité pour tous...l'instit de mon fils ne corrige pas les devoirs, n'explique pas la nouvelle matière (donnée via des devoirs que je dois expliquer), falsifie les bulletins...et la cour de récréation est un ring de boxe, hier Nathan a passé sont temps de midi à éviter les "grands" de 11-12 ans qui par bande de 20
pinçaient les bras..un gamin a eu le bras cassé il y a 2 semaines car 2 élèves l'ont balancé contre un mur...la seule punition le passage en conseil de discipline
avec aucune sanction à la clé...je râle tous les jours seule réponse "je sais faut pas vous inquiéter"...
avatar
reveuse

Age : 49
Localisation : charleroi belgique
Date d'inscription : 24/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Lolly le Ven 27 Mai 2011 - 11:17

quand je suis arrivée dans mon village, où il ya une énorme communauté immigrée (essentiellement turque), je suis allée à l'école pour inscrire mon fils.. et voici le discours que j'ai entendude la part de la directrice: "je vous préviens ici, il y a 38 enfants par classe, 75% de gamins immigrés et 80% d'entre eux ne parlent pas français quand ils arrivent à l'école, parce qu'à la maison ils n'ont entendu que leur langue d'origine; le boulot des instits en maternelle, et même au CP, c'est avant tout d'apprendre à ces enfants à parler français; alors ils ne peuvent pas se consacrer comme ils devraient aux autres élèves qui sont en minorité."

ça laisse perplexe...

_________________
Always look at the bright side of life
avatar
Lolly
Administrateur

Age : 43
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 02/01/2011

http://innaturalibulle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par reveuse le Ven 27 Mai 2011 - 14:57

ce n'est pas le cas dans la classe de mon fils, juste que l'instit a la flemme. 38 élèves par classe,ci on se plaint à partir de 25...
avatar
reveuse

Age : 49
Localisation : charleroi belgique
Date d'inscription : 24/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par bobine07 le Ven 27 Mai 2011 - 15:02

Une récente enquête en France, auprès d'élèves de 8 à 12 ans, a montré que 12 % des élèves avouaient être victimes de violences physiques ou morales à l'école, 5 % de la part des enseignants ou du personnel. Dans l'article ils avaient l'air de prendre les chiffres comme une bonne nouvelle. Moi je trouve ça affolant. Ici on est relativement bien lotis, c'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles on ne voulait pas que nos enfants grandissent en région parisienne. On peut surveiller beaucoup de choses, mais passées les portes de l'école, ils sont livrés à eux-mêmes.
avatar
bobine07

Age : 35
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 31/01/2011

http://tiskol.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Philomenne le Ven 27 Mai 2011 - 15:06

minilolly a écrit: 38 enfants par classe

Le voilà le problème. On supprime des postes, on supprime des postes... les enseignants ne sont pas des "supermans", enfants issus de l'immigration ou non, 38 gamins pour un seul enseignant, c'est trop... Alors ils font ce qu'ils peuvent.

En l'occurence, dans ce genre de classe, on gagnerait à avoir deux enseignants (mieux que deux classes de 19, si j'en crois ce que j'ai lu). Point de vue qui n'engage que moi... je suis tentée de rajouter qu'il ne fallait pas voter pour le p'tit mec avec son bouclier fiscal... mais...
avatar
Philomenne
Administrateur

Age : 46
Localisation : Complètement à l'ouest
Date d'inscription : 25/08/2009

http://lagricultureetautreschosesdelavie.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par sandbio le Ven 27 Mai 2011 - 15:21

ma fille est rentré de l ecole avec des marque d etrenglement au coup (11 ans) il y a 2 mois elle avait reçu un coup de point sur la bouche .. du meme garçon je suis allé voir la maman et elle ma dit que c etait normal se ne sont que des gamins....j ai dit pas d accord ! mon fils n a jamais frapper une fille encore moins qui que ce soit, il a 19 ans
je me demande ou l on va...et oui c est malheureux il supprime des postes alors quand on s est qu il jette tellement d argent dans des conneries comme 36 voitures avions armement etc... No
avatar
sandbio

Age : 45
Localisation : alsace
Date d'inscription : 22/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Lolly le Ven 27 Mai 2011 - 16:11

Les problèmes de l'école (au sens large) sont connus, multiples, et les théoriciens qui se penchent dessus n'ont pas misles pieds dans une salle de classe depuis qu'ils ont quitté l'école..
Ils ne sont pas ous les mêmes selon l'endroit où l'on vit, mais il y a, pêle-mêle: surpopulation d'élèves par rapport au nombre d'enseignants ( et là où il n'y a pas de surpopulation, menace de fermeture des classes qui vont mener à la surpopulation sus-citée), absence de formation "concrète" des enseignants à qui on demande des masses de connaissance tout à fait inutiles d'un point de vue pratique (je neparle bien sur que d'enseignement primaire et secondaire), mais à qui personne n'explique comment gérer une classe de gamins qui seront dans le meilleur des cas chahuteurs comme le sont tous les gamins, et dans le pire des cas.. on le voit à la télé, pourquoi en reparler?; les mêmes enseignants se voient contraints d'assurer bien souvent le rôle d'éducation que les parents oublient de jouer, et se voient accuser d'être incapables de remédier à l'échec scolaire des enfants..

holala il faut quej 'arrête de râler pour rien moi...

_________________
Always look at the bright side of life
avatar
Lolly
Administrateur

Age : 43
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 02/01/2011

http://innaturalibulle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Philomenne le Ven 27 Mai 2011 - 16:27

En fait, il y a des personnes qui font des recherches intéressantes en didactique, en allant dans les classes et en sortant des résultats supers... résultats qui sont toujours balayés du revers de la main par les politiques qui veulent supprimer des postes.
Fermer des classes, fermer des écoles... c'est toujours la même "logique" financière à (très) court terme. Ce que j'aimerais savoir, c'est à quoi sont réaffectés les fonds ainsi "économisés", (attention provocation) à la construction des prisons ?
En fait, ce sujet mérite beaucoup plus qu'une râlerie...
avatar
Philomenne
Administrateur

Age : 46
Localisation : Complètement à l'ouest
Date d'inscription : 25/08/2009

http://lagricultureetautreschosesdelavie.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Lolly le Ven 27 Mai 2011 - 22:00

oui, quand je disais "râler pour rien" je voulais dire que ça ne sert à rien de râler comme je le fais, pas que tout ça n'est "rien".

_________________
Always look at the bright side of life
avatar
Lolly
Administrateur

Age : 43
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 02/01/2011

http://innaturalibulle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par slcamille le Sam 28 Mai 2011 - 9:09

moralité:faire l'ecole a la maison et ne rien attendre de l'etat, c'est une solution.une personne informée du programme scolaire a besoin d'un salaire je dirait d'au moins 1500 euros.si elle prend 15 enfants, et ben chaque famille paye 100 euros par enfant, pour une scolarité intime et plus humaine...je simplifie beaucoup peut etre mais si...moi z'aime les si...
ou bien chaque famille prend un jour par semaine pour faire l'ecole a la maison à plusieurs enfants....

slcamille

Age : 36
Localisation : idf
Date d'inscription : 18/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Lolly le Sam 28 Mai 2011 - 9:33

j'ai choisi de mettre mon fils dans une école privée.

Quand il a commencé l'école, j'étais toute seule, avec un boulot à plein temps et pas les moyens de payer une ass mat'. L'école publique de mon quartier refusait de le prendre à la cantine parce que "trop jeune" et la crèche où il était n'assurait plus le périscolaire. J'ai donc opté pour la seule solution qui s'est présentée; les petits avaient une assistante d'éducation à plein temps par classe, les classes étaient limitées à 30 (au lieu de 41 inscrits dans l'école publique du quartier). ça n'a pas été un choix facile à faire parce que ce n'est pas dans ma culture familiale ni personnelle, mais je ne le regrette pas.
Nous habitons depuis deux ans dans la drôme et mon fils est à nouveau dans le privé, pas pour les même raisons. Les journées sont organisées de façon "intelligente": travail le matin, et activités artistiques, sportives, ou ateliers l'après midi. Depuis son arrivée, il a appris à faire du papier recyclé, comment fonctionne une écluse, a des cours d'informatique, a découvert de nombreux sports (dont l'escrime), a fait des stages de poney (il en a demandé un pour noël )... bref, même si je regrette que tout ça ne se passe pas dans le cadre de l'école publique, je ne peux que me réjouir de l'ouverture sur le monde que lui offre cette école.

_________________
Always look at the bright side of life
avatar
Lolly
Administrateur

Age : 43
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 02/01/2011

http://innaturalibulle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Philomenne le Sam 28 Mai 2011 - 9:50

slcamille a écrit:moralité:faire l'ecole a la maison et ne rien attendre de l'etat, c'est une solution.une personne informée du programme scolaire a besoin d'un salaire je dirait d'au moins 1500 euros.si elle prend 15 enfants, et ben chaque famille paye 100 euros par enfant, pour une scolarité intime et plus humaine...je simplifie beaucoup peut etre mais si...moi z'aime les si...
ou bien chaque famille prend un jour par semaine pour faire l'ecole a la maison à plusieurs enfants....

Permet-moi de sauter au plafond. Je ne suis pas d'accord du tout. L'école pour tous et sa gratuité sont une très grande chose. Parce qu'elle donne accès à l'instruction, à tout le monde. Cela ne signifie pas que je sois contre la non-scolarisation mais tout le monde ne veut pas ou ne peut pas faire l'école à la maison. Alors non, si on fait le choix de faire la classe à la maison, c'est respectable, mais si c'est uniquement parce qu'on trouve que l'école est nulle, ça ne va pas. Ce qu'il faut dans ce cas, c'est monter au créneau d'une part et faire le bon choix avec son bulletin de vote, d'autre part. Quand j'étais à l'école (ça fait longtemps affraid) , à chaque fermeture de classe, les parents se bougeaient, occupaient les classes, c'est encore le cas dans certains petits village où le maire est avec eux quand on veut fermer l'école... C'est à l'Etat de faire en sorte que ça fonctionne, de débloquer les budget et... pour les bonnes choses. C'est-à-dire pas pour la généralisation des tableaux numériques mais pour mettre des adultes dans les classes. Deux si besoin.

NB : ton calcul ne marche pas : si tu veux que quelqu'un perçoive un salaire de 1 500 € c'est presque 3 000 € qu'il faut dépenser, en comptant toutes les charges... soit presque 200 par famille dans ton calcul. C'est quand même énorme. Ajoute à ça un local, par exemple, et les charges qui vont avec... C'est pour ça que les écoles alternatives sont si chères...
avatar
Philomenne
Administrateur

Age : 46
Localisation : Complètement à l'ouest
Date d'inscription : 25/08/2009

http://lagricultureetautreschosesdelavie.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par slcamille le Sam 28 Mai 2011 - 10:41

c'est tres honorable de ta part d'avoir encore confiance en ce qu'on appelle le droit de vote et de croire que quand tu vote c'est le peuple qui est entendu,lorsque tous les jours on se rend compte que tout tourne autours de la pompafric...
saute au plafond si tu veux, pour ma part, je n'attendrais plus des autres( et surtout pas de l'état) qu'ils fassent les choses a ma place...
et oui, je suis d'accord, ce n'est pas rentable, mais qui parle de rentabilité? si l'on pouvait éliminer la question d'argent, ce serait bonnard, mais en attendant, est on obligé de faire dans le rentable?
évidemment, l'école a la maison suppose de la disponibilité.
quand l'on sait que l'on va travailler 80% de sa vie et passer a coté de tout ce qui est important comme le lien familial, la solidarité, l'amour, la nature, et j'en passe encore, je crois qu'il est temps de se demander pour qui il est bon d'aller se "crever le cul au boulot"!

ce qui me dépasse encore plus c'est de savoir que l'espèce humaine est soit disant un des êtres vivants les plus développé et que cette même espèce se laisse encore mener par le bout du nez par quelques quidam leur promettant des jour heureux, paisibles, avec si possible quelque billets en plus...quand ils auront 80 balais!

slcamille

Age : 36
Localisation : idf
Date d'inscription : 18/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Philomenne le Sam 28 Mai 2011 - 10:52

Je suis d'accord avec toi au sujet du travail mais... il me semble que tu mélanges un peu tout, là.
Quand je dis que certains ne peuvent pas faire l'école à la maison je parle aussi de ces parents qui n'en ont pas les moyens "intellectuels" (ce n'est pas péjoratif, c'est comme ça). Laisser tomber l'école, c'est accepter que ceux qui ont les capacités de le faire donneront une instruction à leurs enfants et ceux qui ne peuvent pas, ne le feront pas. Donc c'est accepter l'idée d'une société à deux vitesses et que la possibilité pour un enfant d'accéder à l'instruction dépendra essentiellement de sa naissance.
Quant au vote, je ne suis pas naïve au point de croire que ça peut tout révolutionner, loin de là. Mais le fait est que depuis 2007, les conditions dans l'enseignement (et aussi, la santé, la justice...), qui n'étaient déjà pas exceptionnelles, ont très nettement empiré. Donc en ce sens, ça change quand même quelque chose... pas en bien. Et comme tout le monde se dit "de toute façon on n'y peut rien", eh bien cela se fait impunément. Après tout, qui ne dit mot consent...
avatar
Philomenne
Administrateur

Age : 46
Localisation : Complètement à l'ouest
Date d'inscription : 25/08/2009

http://lagricultureetautreschosesdelavie.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par slcamille le Sam 28 Mai 2011 - 11:02

je melange tout parce que je suis intimement persuadée que tout est lié justement...
si tu bosses, tu gagnes pepettes, et tu vois pas tes proches grandir...
si tu bosses pas tu vois tes proches, alors le temps que tu as pourquoi ne pas faire l'ecole a la maison? oui mais bon faut des pepettes...
alors allons travailler le minimum possible ds ce cas.
reussir sa vie n'es t pas une question de tune...
effectivement pour les parents qui n'en on pas les moyens "intellectuels" l'ecole a la maison n'est pas simple.
ceci dit je pense que si nous pensions a regarder ce qui se passe un peu chez les autres de manière bienveillante on pourrait faire jouer un reseau de solidarité.
je veux dire que si tu fais l'ecole a la maison pour ton/tes enfants, qu'est ce qui t'empeche de proposer au voisin de prendre son enfant avec toi pour l'ecole?quitte a faire une remise a niveau si besoin pour ledit voisin....

slcamille

Age : 36
Localisation : idf
Date d'inscription : 18/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par -Françoise- le Sam 28 Mai 2011 - 11:49

Mes parents ont débutés leur carrière d'instit en 1956. Ils avaient à l'époque des classes de 50 élèves, au milieu des quartiers miniers du Pas de Calais.
Et aucun problèmes de discipline.
Que s'est-il donc passé?
avatar
-Françoise-

Date d'inscription : 20/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Philomenne le Sam 28 Mai 2011 - 12:22

slcamille a écrit:reussir sa vie n'es t pas une question de tune...

Je suis absolument d'accord. Et aussi d'accord avec toi pour rejeter totalement les questions de rentabilité. L'école n'a pas à être rentable. Ou alors à long terme et sur le plan humain, pas financier.

slcamille a écrit:je veux dire que si tu fais l'ecole a la maison pour ton/tes enfants, qu'est ce qui t'empeche de proposer au voisin de prendre son enfant avec toi pour l'ecole?quitte a faire une remise a niveau si besoin pour ledit voisin....

Pourquoi pas ? Mais n'est-ce pas, à une plus petite échelle, ce que l'école est censée (sic !) faire ?

Ce qui me pose le plus problème, c'est que je suis persuadée que cette démolition de l'école, et des matières littéraires aussi d'ailleurs, est tout à fait calculée. Parce que moins des individus sont formés, moins ils sont tentés de réfléchir. Donc ils sont capable d'aller s'abrutir au travail (puis devant le pourvoyeur de temps de cerveau disponible) mais pas de se révolter. Fabriquer des parfaits petits rouages de notre système, tel est aujourd'hui le rôle que l'on veut faire tenir à l'école.

Françoise a écrit:Que s'est-il donc passé?

Je ne sais pas mais je trouve que cette question est intéressante...

Edit : la prochaine étape de ce fantastique chemin vers les économies et la rentabilité, c'est la suppression des niveaux petite et moyenne section de l'école maternelle. Si j'en crois les professeurs des écoles que je côtoie et qui battent le rappel, pour le moment en vain...
avatar
Philomenne
Administrateur

Age : 46
Localisation : Complètement à l'ouest
Date d'inscription : 25/08/2009

http://lagricultureetautreschosesdelavie.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Lolly le Sam 28 Mai 2011 - 13:29

ce qui est d'autant plus surprenant quand on sait qu'un projet de loi visant à rendre l'école (et non plus l'instruction, notons-le) obligatoire à partir de 3 ans est à l'étude.. ils vont faire quoi, de nos têtes blondes?

_________________
Always look at the bright side of life
avatar
Lolly
Administrateur

Age : 43
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 02/01/2011

http://innaturalibulle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par bobine07 le Sam 28 Mai 2011 - 13:31

Slcamille, est-tu au courant de ce projet de loi qui vise à remplacer l'instruction obligatoire à partir de 6 ans par la scolarité obligatoire à partir de 3 ans ? Bon, bref, on s'éloigne du sujet de toute façon.
Pour ma part j'ai pensé faire l'école à la maison pour mon fils mais comme il ne veut pas en entendre parler, je vais opter pour la solution de Philomenne et m'investir plus dans l'école au lieu d'être tout le temps à râler dans mon coin (c'est ce que j'ai l'impression de faire depuis le début de l'année :-))
Pour la violence, quand ma voisine me dit qu'elle dit à son fils de taper si on l'embête, je me dis qu'on n'est pas sortis de l'auberge.
avatar
bobine07

Age : 35
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 31/01/2011

http://tiskol.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par bobine07 le Sam 28 Mai 2011 - 13:31

Oups, Minilolly désolée on a posté en même temps...
avatar
bobine07

Age : 35
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 31/01/2011

http://tiskol.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Lolly le Sam 28 Mai 2011 - 13:34

oui je vois ça Very Happy il ne faut pas en être désolée Wink


_________________
Always look at the bright side of life
avatar
Lolly
Administrateur

Age : 43
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 02/01/2011

http://innaturalibulle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Philomenne le Sam 28 Mai 2011 - 13:57

minilolly a écrit:ce qui est d'autant plus surprenant quand on sait qu'un projet de loi visant à rendre l'école (et non plus l'instruction, notons-le) obligatoire à partir de 3 ans est à l'étude.. ils vont faire quoi, de nos têtes blondes?

Oui, ça m'a surprise d'apprendre ça aussi. Il faut que j'en reparle à mes proches instituteurs...
Et c'est franchement une mauvaise nouvelle à mon avis : d'une part, les parents ne pourront plus faire le choix de la non-scolarisation (tout le monde dans les cases !), d'autre part, ça veut dire que l'école sera seulement tenue d'accueillir les enfants, sans garantie sur le contenu ni sur sa qualité...
avatar
Philomenne
Administrateur

Age : 46
Localisation : Complètement à l'ouest
Date d'inscription : 25/08/2009

http://lagricultureetautreschosesdelavie.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Lolly le Sam 28 Mai 2011 - 18:42

l'école sera seulement tenue d'accueillir les enfants, sans garantie sur le contenu ni sur sa qualité...
ce qui quelque part est déjà le cas, si on considère par exemple la proportion d'enfants qui entrent en 6ème sans savoir lire correctement..
je vois qu'on a complètement dévié du sujet de départ de rêveuse qui était quand même la violence à l'école...sur ce sujet il y aurait long à dire également! pas assez de personnel + personnel qui a les mains liées = explosion de la violence quotidienne, des grands qui "embêtent" les petits ("mais non voyons, ce n'est pas grave ,c'est de leur âge, de se chamailler" oui mais à mon époque de dinosaure, on ne se chamaillait pas à coups de foulard autour du cou, de suspension sur les crochets à vêtements, ou de cutter, indispensable outil pour les "travaux manuels").

_________________
Always look at the bright side of life
avatar
Lolly
Administrateur

Age : 43
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 02/01/2011

http://innaturalibulle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par slcamille le Sam 28 Mai 2011 - 18:58

non je n'avais pas suivi...ouah! ca promet!!!

slcamille

Age : 36
Localisation : idf
Date d'inscription : 18/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Invité le Dim 29 Mai 2011 - 13:09

-Françoise- a écrit:Mes parents ont débutés leur carrière d'instit en 1956. Ils avaient à l'époque des classes de 50 élèves, au milieu des quartiers miniers du Pas de Calais.
Et aucun problèmes de discipline.
Que s'est-il donc passé?

Mai 68

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par leeloo le Lun 30 Mai 2011 - 16:53

j ai un enfant en maternelle dans le public,et 2 autres en primaire en privé(hors contrat avec l etat...);j ai laissé le petit finir sa grande section maternelle (avec quelques regrets de ne pas avoir tenté l ief.....) car pas de maternelle privée qui m aurait plus(c est compliqué,hein...);bref,j ai enlevé mes 2 grand du public suite a divers soucis,notemment les classes a 35 eleves et la violence qui y regne(un mois apres la rentrée scolaire,mon grand s est fait eclatée la bouche au vrai sens du terme,points de suture sous la levre,et les maitresses 'n ont rien vu,cela s est passé en quelques secondes"...ouai c est ça, c etait pendant la pause café plutot!!!grgrgrgrgr

leeloo

Date d'inscription : 29/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par slcamille le Lun 30 Mai 2011 - 17:41

leeloo je ne travaille pas ds le systeme scolaire, mais en creche, je suis auxiliaire de puer, et je t'assure que parfois ca va tellement vite que meme en etant attentifs, on ne voit pas ce qui se passe...il suffit qu'a ce moment la il se soit passé un autre truc sur lequel il faut intervenir (conflit a regler entre enfant par ex) et paf!on ne peut que constater les degats...

slcamille

Age : 36
Localisation : idf
Date d'inscription : 18/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par bobine07 le Lun 30 Mai 2011 - 17:46

avatar
bobine07

Age : 35
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 31/01/2011

http://tiskol.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par leeloo le Lun 30 Mai 2011 - 18:07

slcamille:ah oui la creche parlons en,je mettais mon bébé une apres midi par semaine,jusqu a ce qu il se prenne un légo sur la tete et 4 points de suture(véridique);pour le coup,je sais bien que ce sont des choses qui peuvent arriver,et c est tout de meme different de mon grand qui s etait pris une serie de coup de poings dans la cour!!il est pas gnan gnan pourtant,il fait meme du taekwondo;mais le laxisme des maitresses qui relativise et ne dise rien car elles sont debordées,c est surprenant!!!(pour info j ai ma premiere partie d auxi puer,(je comprends donc bien ton point de vue),le tronc commum avec le DPAS )

leeloo

Date d'inscription : 29/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par -Françoise- le Lun 30 Mai 2011 - 18:25

leeloo a écrit:mais le laxisme des maitresses qui relativise et ne dise rien car elles sont debordées,c est surprenant!!!
A mon avis, ce qui pose surtout problème, c'est le laxisme des parents. S'il n'existait pas, les enseignants ne seraient pas débordés.

Autre chose: ne jamais critiquer les enseignants de ses enfants; Jamais. Ou alors, changer d'école. (Petite règle toute simple qui évite bien des problèmes)

Dernière chose: toujours garder à l'esprit que nos enfants n'ont pas les mêmes comportements à l'école et à la maison. Et qu'ils ne nous donnent que leur version des faits.

Je précise que je ne suis pas enseignante: juste maman de trois grands enfants.
avatar
-Françoise-

Date d'inscription : 20/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par slcamille le Lun 30 Mai 2011 - 18:27

@leeloo:tres franchement la creche est un endroit qui ne devrait meme pas exister.
les enfants de 3 mois a 3 ans n'ont pour moi rien a faire en collectivité et tout a gagner a etre avec leur pere ou leur mere.
quand a l'ecole, je re- ce que j'ai dit plus haut, et rajoute que ces memes maitresses, on en a fait des moutons bien dociles capables d'accepter le pire, alors que veux tu? elles sont resignées.et apres etre resignee, on devient blasée, etc etc...

slcamille

Age : 36
Localisation : idf
Date d'inscription : 18/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par sapiens le Lun 30 Mai 2011 - 19:29

-Françoise- a écrit:
leeloo a écrit:mais le laxisme des maitresses qui relativise et ne dise rien car elles sont debordées,c est surprenant!!!
A mon avis, ce qui pose surtout problème, c'est le laxisme des parents. S'il n'existait pas, les enseignants ne seraient pas débordés.

Autre chose: ne jamais critiquer les enseignants de ses enfants; Jamais. Ou alors, changer d'école. (Petite règle toute simple qui évite bien des problèmes)

Dernière chose: toujours garder à l'esprit que nos enfants n'ont pas les mêmes comportements à l'école et à la maison. Et qu'ils ne nous donnent que leur version des faits.

Je précise que je ne suis pas enseignante: juste maman de trois grands enfants.

parole de prof! Very Happy
avatar
sapiens

Age : 33
Localisation : sud-ouest
Date d'inscription : 01/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par sapiens le Lun 30 Mai 2011 - 19:33

slcamille a écrit:@leeloo:tres franchement la creche est un endroit qui ne devrait meme pas exister.
les enfants de 3 mois a 3 ans n'ont pour moi rien a faire en collectivité et tout a gagner a etre avec leur pere ou leur mere.

quand a l'ecole, je re- ce que j'ai dit plus haut, et rajoute que ces memes maitresses, on en a fait des moutons bien dociles capables d'accepter le pire, alors que veux tu? elles sont resignées.et apres etre resignee, on devient blasée, etc etc...

je suis d'accord, dans l'absolu... j'aurais bien gardé mon fils jusqu'à ses 6 ans avec des matinées en collectivité pour le plaisir à partir de 18 mois, mais pour ceux qui n'ont pas rompu avec le travail, qui ne sont pas autonomes Wink , on les met où, nos enfants?
avatar
sapiens

Age : 33
Localisation : sud-ouest
Date d'inscription : 01/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par slcamille le Lun 30 Mai 2011 - 19:40

bonne question, je me la pose en ce moment meme,lol!

slcamille

Age : 36
Localisation : idf
Date d'inscription : 18/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par leeloo le Lun 30 Mai 2011 - 19:45

ces memes maitresses, on en a fait des moutons bien dociles capables d'accepter le pire, alors que veux tu?

tout a fait d accord[b]slcamille



"ne jamais critiquer les enseignants de ses enfants; Jamais. Ou alors, changer d'école. (Petite règle toute simple qui évite bien des problèmes)"
et pourquoi donc françoise???
je ne vois pas en quel honneur je devrais tout laisser passer??et etre d accord avec tout,une petite maman bien docile qui ne dit rien....
je suis d accord sur le reste puisque effectivement je les ai changer d ecole;une ecole alternative qui "nous" correspond bien mieux mais dont les prix restent elevés...


leeloo

Date d'inscription : 29/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par -Françoise- le Lun 30 Mai 2011 - 20:03

pourquoi? Mais parce que à partir du moment où tu es en désaccord avec une personne, je veux dire suffisamment en conflit pour la critiquer, il me semble impossible, aberrant, irresponsable de lui confier ton enfant.
Mais je vois que c'est exactement ce que tu as fait. Wink ( tu as changé d'établissement)
Mais tu as raison, on peut toujours aller la rencontrer pour discuter et essayer de comprendre et de s'entendre et s'écouter avant d'en arriver là.

édité pour expliquer une phrase qui pouvait être mal comprise, car mal construite. Désolée. Embarassed


Dernière édition par -Françoise- le Mar 31 Mai 2011 - 0:36, édité 1 fois
avatar
-Françoise-

Date d'inscription : 20/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par callipyge le Lun 30 Mai 2011 - 21:45

Françoise a écrit: "Que s'est-il donc passé?"

Un petit élément de réponse. Je pense qu'à l'époque les parents respectaient les enseignants. Alors qu'aujourd'hui beaucoup n'hésitent pas à complètement les critiquer devant leurs enfants alors forcément ... ils perdent un peu de crédibilité.

Rien qu'ici, je lis des ensigents qu'ils se plaignent avec 25 élèves, qu'ils ne corrigent pas les cahiers ...

Je suis enseignante et je peux vous assurer que ce n'est pas facile de préparer la classe en suivant des programmes énormes, et en devant s'adapter à chaque enfant. Plus ils sont nombreux, plus c'est difficile à gérer, et plus le reste de notre travail nous prend d'heures (combien de temps pour bien corriger un cahier à votre avis? alors pour 25 élèves, cela fait 50 ou 75 cahiers par jour!, combien de temps pour rencontrer une famille? etc)
Alors oui on fait de notre mieux mais c'est loin d'être facile et je pense effectivement que c'est aux parents d'être très exigeants mais en faisant pression sur le ministère et pas seulement sur les enseignants de vos enfants qui n'ont aucun pouvoir de décision sur le fonctionnement de l'école qui, j'en convient, est plus qu'imparfait ...

Personnellement je rêverais de faire mille choses passionnantes avec mes élèves pour voir des paillettes s'illuminer dans leurs yeux plus souvent, mais on est surveillé de très près ...

callipyge

Date d'inscription : 20/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par jojo le Lun 30 Mai 2011 - 21:48

Je ne suis pas certaine que c'est le laxisme des parents qui entraîne les problèmes de discipline et la violence à l'école. Désolée de vous contredire, j'ai fait le primaire dans une grande ville il y a... longtemps, bien avant 68, la violence existait, et pourtant on était entre filles, ce n'était pas encore mixte. Dire que c'est pire maintenant qu'avant, j'en sais rien, je n'ai pas constaté pire pour mes enfants que ce que j'ai vécu. Les maîtresses étaient très dures et c'était le règne de la terreur, je ne souhaite çà à aucun enfant. Il faut se réjouir qu'il y ait eu 68, croyez-moi...
Ma théorie c'est que les enfants sont violents quand trop nombreux dans un espace restreint. Ils sont violents quand on ne "nourrit" pas leur esprit. Ils sont violents parce qu'ils manquent d'attention et d'amour chez eux. Quand on leur donne plein de jouets et plein de bonbons mais pas de temps ni de chaleur humaine. ils sont violents quand ils ont un gros manque au fond d'eux. Les parents ne sont pas forcément laxistes, c'est juste que leurs vies sont souvent trop dures, ils ont du travail et ils courent tout le temps, ils n'en n'ont pas et çà les mine, le soir ils n'ont plus d'énergie, pas d'attention à accorder à leurs bambins, alors soit ils les couvent de cadeaux, soit ils les castagnent, et les enfants deviennent violents. C'est notre monde qui est malade, pas les enfants...


jojo

Age : 61
Localisation : Doubs
Date d'inscription : 24/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Panthera Pardhus le Lun 30 Mai 2011 - 22:11

J'ai envie de rajouter: soustrayez vos enfants à la violence "ordinaire" de la télévision. Informations à l'heure du repas, où l'on banalise les agressions sur personnes (toujours qualifiées de "faits-divers" d'ailleurs...), où telle "star" de cinéma ou du show-bizz entre et sort glorieusement de cure de désintox, de prison, telle émission de téléréalité démontre comment s'allier à un groupe pour mieux le trahir et défendre ses intérêts personnels ensuite. Plus les "héros" sont mauvais, individualistes, plus leurs voitures sont grosses, leurs conquêtes féminines ou masculines nombreuses, leurs fêtes noyées sous l'alcool et autres susbstances et plus ils ont des fans. Vos enfants.
avatar
Panthera Pardhus
Administrateur

Date d'inscription : 11/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par reveuse le Lun 30 Mai 2011 - 22:27

vu le directeur, m'explique que difficulté tient au fait que le niveau des enfants dans la classe est différent et que l'école tente de s'adapter au rythme de chacun , malheureusement les "meilleurs" en patissent , en ce qui concerne les devoirs non corrigés par le prof la seule excuse donnée est un manque d'organisation et peut être une "usure", une fatigue. Pour la violence, il existe qq enfants ingérables qui demanderaient un éducateur pour les recadrer, le directeur n'a d'autre choix que les prendre 1h ou 2 dans son bureau pour les calmer et laisser les autres élèves avancer dans leur travail ...En novembre, il n'y avait plus aucun instit de libre pour les remplacements, appel à des instit maternelles et en maternelle appel à des puéricultrices. Le directeur qui me semblait laxiste doit gérer enfants, parents , profs, papiers, finances, batiments...en sortant de son bureau, j'étais un peu moins remontée contre l'école un peu plus contre nos politiciens..
avatar
reveuse

Age : 49
Localisation : charleroi belgique
Date d'inscription : 24/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Mélodie le Mar 31 Mai 2011 - 0:11

Entièrement d'accord avec Jojo.

Et sinon, sicamille, concernant le regroupement pour l'école à la maison : il est maintenant interdit par la loi, eh oui. Ça fait partie de la politique de découragement qui a cours depuis 98 concernant l'IEF.
Pour ce qui est de la proposition de loi qui parle de scolarité obligatoire (ce qui est anticonstitutionnel), l'association LAIA incite fortement les parents à contacter leur député pour protester.

Mélodie

Date d'inscription : 09/06/2009

http://melynae.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par leeloo le Mar 31 Mai 2011 - 6:57

"[b]C'est notre monde qui est malade, pas les enfants..."
je te suis ,jojo,tu as bien résumé....

"Désolée. "pas de souci françoise,il sagit juste d un échange,et j ai été ravis d avoir ton point de vue

réveuse:"[b]'étais un peu moins remontée contre l'école un peu plus contre nos politiciens.."purée,c est vrai qu on se demande ce qu ils glandent dans leur bureau;ils doivent sans doutent chercher un nouveau palace pour leur vacances,ou un nouvel avocat pour X raison sordide(...)

mélodie:il y a quelques années,j etais completement contre l IEF;avec le recul,les enfants,la vision de l ecole publique que j ai desormais....je trouve ça super;difficilement adaptable a chaque famille certes,mais extrement enrichissant pour ceux qui passent le pas!!chapeau bas[b]

leeloo

Date d'inscription : 29/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par leeloo le Mar 31 Mai 2011 - 6:59

punaise j arrive pas a mettre en "gras" les citations,pour ça quil ya tout ces [b]

leeloo

Date d'inscription : 29/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Panthera Pardhus le Mar 31 Mai 2011 - 7:18

leeloo a écrit:punaise j arrive pas a mettre en "gras" les citations,pour ça quil ya tout ces [b]

Pour faire des citations, voir Ici
avatar
Panthera Pardhus
Administrateur

Date d'inscription : 11/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Philomenne le Mar 31 Mai 2011 - 9:17

Jojo, je Plussoie... Changeons notre système, offrons à nos enfants une vraie "nourriture intellectuelle" (les écrans, comme dit Pennac, ça bourre l'esprit mais ça ne tient pas au corps), de l'air, de quoi se construire...
Mélodie, tu m'apprends quelque chose, je l'ignorais complètement...
avatar
Philomenne
Administrateur

Age : 46
Localisation : Complètement à l'ouest
Date d'inscription : 25/08/2009

http://lagricultureetautreschosesdelavie.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par TSD le Mar 31 Mai 2011 - 11:48

Je n'ai pas d'enfants, donc ce n'est pas un point de vue de maman que je vais donner, mais un point de vue d'animatrice environnement qui travaille tous les jours avec des écoles (notamment maternelles et primaires) à Roubaix (ville et quartiers dits difficiles).

En général, les instits font ce qu'elles (ils) peuvent... souvent dépasser par un nombre d'enfants trop élevés, et le peu d'écoles où les nombres d'élèves par classe sont adaptés alors des classes vont être fermées.... Le nombre d'enfants par classe joue énormément, quelle différence de niveau il y a entre un CP de 14 enfants et un CP de 28 enfants !!! C'est incomparable : dans une classe à 14 les enfants sont plus calmes, plus attentifs, plus éveillés, plus intéressés, plus intégrés...

Ensuite, dans une ville où la précarité sociale et intellectuelle est cruelle, les parents sont souvent complètement à la ramasse, et les parents mettent l'instruction de leurs enfants dans les mains des instits qui ne sont pas magiciens.... Et l'instit fait ce qu'il peut pour tenter de faire passer d'autres messages, découvrir d'autres choses qu'ils n'auront jamais l'occasion de voir ailleurs, de s’intéresser à d'autres sujets, le tout en essayant de terminer un programme plus qu'énorme et totalement incohérent avec l'âge des enfants..... Quand je vois des bambins de 6 ans assis sur une chaise à longueur de journée, je trouve ça terrible....il y aurait tellement d'autres choses à faire que de s'ennuyer dans une classe assis derrière un bureau....(et ça c'est aussi un point de vue d'une ancienne élève qui s'est terriblement ennuyée tout au long de sa scolarité....)
Néanmoins le principe de l'école à la maison ne me plait pas trop, mais j'ai un très mauvais exemple en tête donc forcément mon avis est biaisé, il me faudrait d'autres exemples pour être plus objective.

Quant à la violence, oui elle est présente et même avant la primaire... Mais les enfants ne sont que le reflet de notre société qui elle même est très violente. Dans une société violente, on ne peut pas avoir des enfants sages et respectueux puisque ce ne sont pas les valeurs prônées... Dés leur plus jeune âge on leur apprend à être les meilleurs, à être les 1ers, les plus rapides... S'ils comprennent vite, s'ils sont plus beaux, s'ils arrivent les 1ers alors ils sont félicités par les adultes et la compétition appelle inévitablement à la concurrence qui elle même appelle à l'agressivité.... tant que ces principes là seront clamés alors inexorablement nous resterons dans ce cercle vicieux.....

On en revient donc toujours aux mêmes... Tant que la société n'évoluera pas, tant que nos politiques ne changeront pas alors les problèmes resteront. C'est un problème systémique relié à tant d'autres !
avatar
TSD

Age : 31
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 03/03/2009

http://cuisinevgtariennelunatique.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par sapiens le Mar 31 Mai 2011 - 12:32

TSD a écrit:Je n'ai pas d'enfants, donc ce n'est pas un point de vue de maman que je vais donner, mais un point de vue d'animatrice environnement qui travaille tous les jours avec des écoles (notamment maternelles et primaires) à Roubaix (ville et quartiers dits difficiles).

En général, les instits font ce qu'elles (ils) peuvent... souvent dépasser par un nombre d'enfants trop élevés, et le peu d'écoles où les nombres d'élèves par classe sont adaptés alors des classes vont être fermées.... Le nombre d'enfants par classe joue énormément, quelle différence de niveau il y a entre un CP de 14 enfants et un CP de 28 enfants !!! C'est incomparable : dans une classe à 14 les enfants sont plus calmes, plus attentifs, plus éveillés, plus intéressés, plus intégrés...

Ensuite, dans une ville où la précarité sociale et intellectuelle est cruelle, les parents sont souvent complètement à la ramasse, et les parents mettent l'instruction de leurs enfants dans les mains des instits qui ne sont pas magiciens.... Et l'instit fait ce qu'il peut pour tenter de faire passer d'autres messages, découvrir d'autres choses qu'ils n'auront jamais l'occasion de voir ailleurs, de s’intéresser à d'autres sujets, le tout en essayant de terminer un programme plus qu'énorme et totalement incohérent avec l'âge des enfants..... Quand je vois des bambins de 6 ans assis sur une chaise à longueur de journée, je trouve ça terrible....il y aurait tellement d'autres choses à faire que de s'ennuyer dans une classe assis derrière un bureau....(et ça c'est aussi un point de vue d'une ancienne élève qui s'est terriblement ennuyée tout au long de sa scolarité....)
Néanmoins le principe de l'école à la maison ne me plait pas trop, mais j'ai un très mauvais exemple en tête donc forcément mon avis est biaisé, il me faudrait d'autres exemples pour être plus objective.

Quant à la violence, oui elle est présente et même avant la primaire... Mais les enfants ne sont que le reflet de notre société qui elle même est très violente. Dans une société violente, on ne peut pas avoir des enfants sages et respectueux puisque ce ne sont pas les valeurs prônées... Dés leur plus jeune âge on leur apprend à être les meilleurs, à être les 1ers, les plus rapides... S'ils comprennent vite, s'ils sont plus beaux, s'ils arrivent les 1ers alors ils sont félicités par les adultes et la compétition appelle inévitablement à la concurrence qui elle même appelle à l'agressivité.... tant que ces principes là seront clamés alors inexorablement nous resterons dans ce cercle vicieux.....

On en revient donc toujours aux mêmes... Tant que la société n'évoluera pas, tant que nos politiques ne changeront pas alors les problèmes resteront. C'est un problème systémique relié à tant d'autres !

Dans le fond, je suis tout à fait d'accord avec toi (notamment parce que je connais roubaix, mon homme y était éduc, moi j'ai enseigné à marcq en baroeul, pas le même public...)

Mais je me demande quelle marge, quelle liberté ont réellement les enseignants pour boucler leur programme: Est-il tout à fait inconcevable, inorganisable de bucher la géologie en allant voir les cailloux là où ils sont? la préhistoire en allant au muséum? les abeilles en allant dans un pré fleuri? le théâtre en allant voir une pièce? le sport en variant les plaisir plutôt que de toujours proposer basket/endurance? Je pense qu'il y a une partie des instits qui se planquent un peu, d'autres qui se bougent... Après, il y a toujours la question du budget, mais j'ai l'exemple de mon copain qui est éduc en maison d'enfants: il les emmène partout, que ce soient des sorties culturelles, sportives (il a passé plusieurs diplômes pour encadrer en montagne), on ne lui refuse jamais rien, le budget est là, le problème, c'est qu'un certain nombre de collègues restent dans leur bureau... Je transpose un peu, je pense qu'on connaît les conditions de travail des instits, mais qu'il y a une notion de volonté...
avatar
sapiens

Age : 33
Localisation : sud-ouest
Date d'inscription : 01/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par TSD le Mar 31 Mai 2011 - 13:08

Je suis aussi d'accord avec toi, comme dans toutes les professions, il y a ceux qui s'impliquent vraiment et les autres... Mais c'est valable dans tous les boulots malheureusement et c'est encore un autre problème...

Pour le budget, ton pote éduc a bien de la chance car à Roubaix c'est particulièrement rude, d'autant plus depuis 2ans (et comme je bosse dans une asso on subit également). La problématique du budget est évidente et la marge pas si énorme que ça. Je connais une instit qui essayait de passer le plus de temps dehors avec ses gamins pour concrétiser ce qu'ils voyaient à l'école : résultat, le jour de son inspection elle s'est faite laminée "sortir les enfants c'est bien mais c'est pas ce qu'on vous demande !"....... Aujourd'hui elle est d'autant plus aigrie, elle a des gamins pas faciles et ne peut pas agir comme elle le voudrait. Résultat, ras le bol de s'impliquer, elle va quitter l'éducation nationale....
avatar
TSD

Age : 31
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 03/03/2009

http://cuisinevgtariennelunatique.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par Ayanna le Mar 27 Mar 2012 - 10:55

Je fais remonter un vieux sujet qui m'interpelle. Je sors bientôt du système éducatif avec un énorme soupir de soulagement. Même à l'université, il y a de quoi se taper la tête contre le mur pour l'enseignement (les Master, ça ne sert à rien ! mais c'est une autre histoire).

Dans le collège où j'étais inscrite, on avait une section d'ingérables (gros redoublant, gens du voyage scolarisés puis déscolarisés, rescolarisés... Bref). C'était les couteaux qui sortaient dans la cour d'école. Et la violence pour rire : je me suis retrouvée un jour happée par le cou avec une ficelle (effet garanti), les vols à répétition, les blagues diverses : blanco sur le pull, cartables saccagés, chewing gum dans les cheveux et j'en passe. C'est le lot de beaucoup de gosses qui ont une différences avec les autres (trop grand ou trop petit, lunettes de travers, léger strabisme...). Et ça fait marrer tout le monde. Les élèves violents ont la cote auprès de tout le monde et très souvent des pions qui minimisent tout. Par contre, ayez le malheur de vous révolter en tant qu'élève... on est écrasé. Et au collège, au lycée, faire appel aux parents pour régler un problème fait qu'on passe pour un fils ou fille à papa. Donc, la situation est encore pire qu'avant. La loi du silence fait également pour beaucoup, pas uniquement l’inattention des profs.

Finalement ça crée une forme de violence morale : rentrer dans le rang ou être systématiquement la cible des moqueries, méchancetés, violences voire pire et j'en passe. C'est de la violence ordinaire. Des parents refusent également de voir que leurs enfants ne vont pas bien à l'école (ce qui ne les empêchent pas d'être impliqués par ailleurs), mais une gamine avec des problème récurrent d'intégration... ça finit par être de sa faute aussi non ?


Dernière édition par Ayanna le Mar 27 Mar 2012 - 10:59, édité 1 fois (Raison : Orthographe)
avatar
Ayanna

Localisation : Pyrénées Orientales
Date d'inscription : 22/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: la violence à l'école

Message par gunday le Mar 27 Mar 2012 - 13:51

Ce sujet m'interpelle, car je suis fils de profs, qui ont enseigné depuis plus de 30 ans dans un lycée professionnel en Région parisienne.
Lycée n'ayant jamais été classé zep pour des motifs politique.

bobine07 a écrit:Slcamille, est-tu au courant de ce projet de loi qui vise à remplacer l'instruction obligatoire à partir de 6 ans par la scolarité obligatoire à partir de 3 ans ?
Sauf erreur de ma part, l'instruction est obligatoire, et non l'école.

l'école sera seulement tenue d'accueillir les enfants, sans garantie sur le contenu ni sur sa qualité...
Par ce que ce n'est pas déjà le cas? A mon père, on lui a dit (il y a déjà une 10aine d'année), "vous êtes là pour garder vos élèves". C'était le proviseur et les inspecteurs qui avaient ce discours.

leeloo a écrit:et les maitresses 'n ont rien vu,cela s est passé en quelques secondes"...ouai c est ça, c etait pendant la pause café plutot!!!grgrgrgrgr
Une question, si à leur place, vous aviez le choix entre témoignez pour un élève lambda avec une petite blessure et prendre le risque de vous faire engueuler par le système (directeur, inspecteur, recteur, syndicat), et donc perdre tout espoirs de progression (espoir déjà faible). Sans compter les risques physiques, que les parents ou les grands frères vous agressent?
Témoignerez vous? Maitenant imaginez, que toutes les semaines il y a ce genre d'incidents, continuerez vous à témoigner?

callipyge a écrit:Un petit élément de réponse. Je pense qu'à l'époque les parents respectaient les enseignants. Alors qu'aujourd'hui beaucoup n'hésitent pas à complètement les critiquer devant leurs enfants alors forcément ... ils perdent un peu de crédibilité.
Comme le montraient une image humoristique, très répandu chez les profs : il y a 50ans, si un élève avait une mauvaise note, il se faisait disputer par le prof et les parents. Maintenant, si un élève à une mauvaise note, le prof se fait disputer par l'élève, les parents et la hiérarchie.

TSD a écrit:Ensuite, dans une ville où la précarité sociale et intellectuelle est cruelle, les parents sont souvent complètement à la ramasse, et les parents mettent l'instruction de leurs enfants dans les mains des instits qui ne sont pas magiciens....
Pas d'accord, les parents mettent l'éducation dans les mains des enseignants, alors que le rôle des enseignants est de faire de l'instruction.
La différence parait faible, mais l'instruction est le savoir, l'éducation, le savoir-être et le comportemental.
D'ailleurs les enseignants sont compétents sur l'instruction, mais pas sur l'éducation.

-Françoise- a écrit:Mes parents ont débutés leur carrière d'instit en 1956. Ils avaient à l'époque des classes de 50 élèves, au milieu des quartiers miniers du Pas de Calais.
Et aucun problèmes de discipline.
Que s'est-il donc passé?
Pareil pour ma mère : quand elle a commencé, elle avait entre 50 et 60 élèves par classe, et disait qu'au final, c'était franchement des vacances.
A la fin, elle avait entre 15 et 30 élèves (selon les matières et les classes), et simplement, elle arrivait difficilement à gérer.
Mon père avait fini par laisser tomber la discipline, et laissait les élèves entrer et sortir, avoir un walkman, faire les idiots, ...
Par contre, il faisait en sorte que les sérieux ait le diplôme, en leur donnant les exercices type qu'ils pourraient avoir au diplôme. Les sérieux étant les seuls à travailler...

Ce qui est "marrant", c'est de voir en permanence le discours trop d'enfant par classe, alors, qu'au final, moins il y en a, plus c'est difficile à gérer!
L'évolution s'est fait au fil du temps, en parallèle avec la diminution de niveau.
Pour l'exemple, voici quelques exemples du pire d'un lycée! Apprendre les additions et les soustractions à des lycéens..., mon père apprenait à écrire à un élève, et un de ses collègues le français à un autre élève.

Le côté inédit de tout cela, c'est que la situation catastrophique qui apparait un peu partout, eux l'avait subi avec 10ans d'avance, donc moi rien ne m'étonne dans les coups de couteau entre élèves, les profs poussé par les fenêtres et autres. C'est du quotidien des profs qu'au lieu de gérer dés le début, on a laissé pourrir (avec on = société française et non seulement les politiques)

gunday

Age : 32
Localisation : Au fond du 77
Date d'inscription : 16/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum