Les incohérences et contradictions dans les économies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par calispera le Mer 15 Aoû 2007 - 15:49

Suite à l'échange sur le bouquin Savoir Revivre, à partir d'une citation de son auteur, Jacques Massacrier, je lance un nouveau sujet sur la cohérence dans les proportions des économies ou gaspillages que nous faisons.

Alors voici la citation et les commentaires repris de l'échange en question :

"Oui, je sais, on fait un effort, on ne laisse plus couler l’eau quand on se lave les dents… Mais un bon bain, le soir en rentrant du boulot, ce n’est jamais que cinq à huit cents verres d’eau. "


Le coup du bain contre le verre d'eau pour se laver les dents, je trouve ça excellent, et c'est d'autant plus parlant dans le cadre de la simplicité volontaire je trouve. C'est un sujet qui n'a pas encore été abordé ici, mais c'est quelque chose que je vis de plus en plus. On peut se montrer très radical vis-à-vis de certaines habitudes, et à côté de ça, gaspiller à fond pour autre chose, ce qui ramène à zéro le gain des habitudes radicales, et même peut les rendre ridicules. L'exemple du verre d'eau versus le bain est typique. Ce peut être pareil pour le papier : récupérer le moindre bout de papier brouillon et acheter livres, journaux et magazines à la pelle. Eteindre la lumière quand on quitte une pièce et partir à 500 km en voiture pour le week-end.
Je ne suis pas en train de juger qui que ce soit, je pratique moi-même ce que je décrie, ou du moins, je commence à me rendre compte de la méprise pour ces sujets là.

Je ne dis d'ailleurs pas que les moindres petites récupérations soient néfastes. Je pense que quand on commence à apprendre à voir nos gaspillages, même les plus minuscules qu'ils soient, on apprend à changer d'attitude. C'est dans la tête qu'il faut changer les modes de fonctionnement. Et c'est le changement d'attitude mentale qui va nous aider à repérer que prendre un bain annule complètement tous les autres efforts d'économie d'eau qu'on aura fait pendant plusieurs semaines.
Et puis aussi, je commence à me rendre compte qu'il n'est pas mauvais d'être trop radical au début en simplicité volontaire, pour retrouver un équilibre plus juste par la suite. Au moins on sait mieux ce que l'on fait, on est plus conscient.

Pour en revenir au bain versus verre d'eau, ces derniers temps un sujet qui me revient souvent à l'esprit, c'est le WC. Il y a déjà le problème de la chasse d'eau (c'est elle qui double ou triple notre consommation en eau, même si on a une chasse économique). Et j'avoue ne pas trop envisager une toilette sèche en appartement pour le moment. Mais à présent je pense aussi au papier toilette. C'est très beau de l'acheter recyclé, mais ça fait tout de même des tonnes et des tonnes de papier qui partent à l'égout. J'ai lu une discussion sur le forum Eco-Bio-Info à ce sujet « ici », et cela m'a fait réfléchir, mais je ne me sens pas encore vraiment prête à me passer de papier.

Et ce sujet est assez parallèle avec ceux des tampons, serviettes menstruelles et protège-slips (et aussi langes jetables). Ce sont des sujets qui sont relativement tabou. Il est facile de faire passer un mini documentaire télé, même au jt, ou un article grand public, sur le gaspillage de pétrole, d'eau ou de papier ordi, mais sur le PQ et le matériel menstruel, euh, c'est vachement plus délicat.
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par mirza le Jeu 16 Aoû 2007 - 9:56

Moi ce qui m'embête le plus dans mes propres incohérences, c'est notamment d'avoir encore un téléphone portable et X ordinateurs.

Plus le temps passe, plus je sens que ja vais finir par résilier mon portable, mais pour l'instant je préfère savoir de quoi demain sera fait au cas où j'en aurais encore besoin. Cette année notamment, étant éloignée 3 jours par semaine de mon mari, j'étais bien contente de l'avoir. Mais à part dans des conditions limites comme celle-là, je n'en ai pas besoin.

Sinon, en fait, ce n'est pas par comparaison avec les autres gestes que ça me gêne, c'est dans l'absolu. Le fait que l'on ne fasse pas "tout ce qui est en notre pouvoir" mais juste une partie, celle à laquelle on a été sensibilisé, est un premier pas vers d'autres choses, je pense. Alors un jour qu'on est dans son bain à se délasser, on a l'esprit qui divague et on se met à se demander combien de verres d'eau représente ce bain... et on arrête d'en prendre.
avatar
mirza

Localisation : Toute provençale !
Date d'inscription : 28/12/2006

http://pcpl.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par calispera le Jeu 16 Aoû 2007 - 15:37

Bonjour Mirza et Florenm,

Je recopie d'abord le message de Florenm (et ma réponse) de l'autre échange, mais qui concerne celui-ci plus particulièrement.

calispera a écrit:
florenm a écrit:Dans la même idée, avant je faisais hyper attention à ne pas laisser les robinets gouter, et puis plus tard j'ai appris qu'en mangeant végétarien ça économisait plus de 10000 litres d'eau chaque semaine! Alors je me suis dis que certains efforts valaient mieux que d'autres. Depuis je stresse moins sur les robinets qui fuient. Je trouve que ce qui est le plus important c'est d'être conscient de ce qu'on fait et de ses conséquences. Après faut faire du mieux qu'on peut, sans trop se complaire dans certaines facilités ou petits conforts superficiels...

Mais Calispera, tu as relancé cette discussion ailleurs? sur ce site?

Oui, j'ai créé le nouvel échange "ici"

Je vais d'ailleurs répondre à ton message de l'autre côté, en te citant, comme ça tout tiendra ensemble.

En fait, un truc à retenir pour se faciliter le suivi des échanges, c'est au niveau de la page d'accueil, de choisir l'option :
"Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite". Comme ça on est sûr de ne rien rater de nouveau. Et dans un cas comme celui-ci, le nouvel échange est proposé d'office.

Alors voilà, à partir d'ici je peux répondre à florenm d'abord, à Mirza ensuite.

Ton exemple pour le végétarisme est encore plus criant que le verre d'eau par rapport au bain. Et tu me fais penser à un souvenir de quand j'avais 17 ans (j'en ai quasi 46). Je me rappelle qu'à l'époque je faisais très attention à ne pas gaspiller l'eau du robinet, et le faisais remarquer dans ma famille. Et je faisais le lien avec le fait que des gens mouraient de faim et de soif à l'autre bout du monde. Et ma famille de se moquer de moi. Par la suite, j'ai appris à gaspiller comme tout le monde, bien que cela ne faisait pas vraiment sens, mais c'était facile après tout. Avec l'actualité, mon côté militance, la sv, etc, j'en suis revenue à tenter de ne plus gaspiller l'eau. A 17 ans, je ne pouvais pas justifier le fait qu'épargner un verre d'eau avait du sens par rapport aux millions de gens qui mouraient par manque d'eau ailleurs. Car le verre épargné ne pouvait bien sûr par leur être envoyé.
Et pourtant, je persiste à penser que cette conscience-là est juste.
Je le disais dans mon précédent message que c'était en lien avec l'attitude que l'on a, et maintenant j'y repense, cela me fait penser à la légende du colibri. Elle revient à tous les coups celle-là, pas pour rien que j'ai choisi un colibri comme avatar. Pierre Rabhi la cite à chacune de ses conférences. Je vous la recopie.

« La part du Colibri : Un immense incendie ravage la jungle. Affolés, les animaux fuient en tous sens. Seul un colibri, sans relâche, fait l’aller-retour de la rivière au brasier, une goutte d’eau dans son bec, pour l’y déposer sur le feu. Un toucan à l’énorme bec l’interpelle : “tu es fou, colibri, tu vois bien que cela ne sert à rien”. “Oui, je sais” répond le colibri, “mais je fais ma part”… »

Ce n'est pas uniquement en fonction de la taille de l'impact que nous avons que nous avons intérêt à nous bouger, mais aussi en fonction du fait que tout simplement c'est juste.
Il y a aussi l'idée là-derrière : « C'est pas parce que tout le monde joue au plus con, qu'il est bon de faire pareil. »
Notre société nous propose vraiment à tous les étages, de nous comporter vraiment comme des cons. C'est pas parce que tout le monde suit (par soumission, inconscience, conformisme, indifférence, habitude, peu importe) que c'est juste. Si j'ai une petite ouverture de conscience à un seul niveau, peu importe les conséquences, j'ai intérêt, ne fut-ce que pour moi, à agir en cohérence avec cette conscience. Et cela sans présupposer que les autres sont cons de ne pas le faire. (La phrase du début du paragraphe n'est qu'une boutade, pas un jugement sur la majorité des gens.)

Pour en revenir aux différences de proportions dans nos économies et nos gaspillages, je repense à la manière de faire du thé ou des tisanes. Il y a eu discussion à ce sujet sur un échange : comment faire des tisanes en vrac, quel ustensile le plus pratique utiliser pour éviter d'utiliser des sachets. Et bien j'en suis toujours aux sachets, et quand je pense au gaspillage de papier toilette, je pense que le sachet de thé c'est vraiment de la gnognotte comparé aux kg de papier Q utilisés chaque année. Je ne dis pas qu'il est idiot de se passer de sachet de thé, rien à voir. Je n'ai tout simplement pas réussi à me motiver pour changer mon habitude (car je ne trouve pas ça pratique du tout et je suis une grosse faignante). En fait, ma fénéantise m'amène à vouloir songer d'abord au problème papier WC. Et j'avoue que même là, ça me paraît bien difficile pour changer son habitude alors que rien ne m'y force vraiment.

Un autre exemple qui me venait à l'esprit à propos des proportions, c'est le côté voyage : et surtout voyage des marchandises. Acheter local c'est génial, j'en conviens, mais acheter quelque chose qui provient de loin et qui vient par bateau, si c'est peut-être un peu moins génial, c'est bien moins nocif que d'aller faire son supermarché à 5 km en voiture. J'ai déjà exprimé cela ailleurs. Et donc, pour moi il est important de régulièrement remettre les pendules à l'heure. J'aimerais bien que l'on puisse avoir des données plus fiables à propos de plein de nos achats et habitudes de vie, pour avoir la réelle mesure de nos gaspillages. Je collectionne beaucoup de données chiffrées sur ces sujets à chaque fois que j'en ai l'occasion, mais il semble réellement que ces données ne sont pas réellement étudiées. Elles sont souvent vagues et peu fiables.

En réponse à Mirza à présent :

mirza a écrit:Moi ce qui m'embête le plus dans mes propres incohérences, c'est notamment d'avoir encore un téléphone portable et X ordinateurs.

Plus le temps passe, plus je sens que ja vais finir par résilier mon portable, mais pour l'instant je préfère savoir de quoi demain sera fait au cas où j'en aurais encore besoin. Cette année notamment, étant éloignée 3 jours par semaine de mon mari, j'étais bien contente de l'avoir. Mais à part dans des conditions limites comme celle-là, je n'en ai pas besoin.

Sinon, en fait, ce n'est pas par comparaison avec les autres gestes que ça me gêne, c'est dans l'absolu. Le fait que l'on ne fasse pas "tout ce qui est en notre pouvoir" mais juste une partie, celle à laquelle on a été sensibilisé, est un premier pas vers d'autres choses, je pense. Alors un jour qu'on est dans son bain à se délasser, on a l'esprit qui divague et on se met à se demander combien de verres d'eau représente ce bain... et on arrête d'en prendre.

En fait, je pense que dans certains cas, il faut pouvoir vivre avec nos incohérences, en les sachant, sans être capables de les changer. C'est une étape intermédiaire, pas toujours très confortable et qui peut être longue. Disons qu'une fois qu'on sait cela, mieux vaut y travailler ou oublier, car si on culpabilise sans rien changer, on risque d'accumuler beaucoup de ces petits inconforts de culpabilité, et finir par abandonner tout à la fois.

Moi pour le moment, ce que je garde à l'esprit ce sont surtout les incohérences quantitatives, comme celle soulignée par florenm pour le carnivorisme et l'eau.

J'aimerais parfois connaître le chemin qui mène à la conscience. Car savoir intellectuellement, n'amène pas à changer de comportement. Qu'est-ce qui amène à savoir avec les tripes? Quel est le déclic à opérer?

Ce que j'ai en tout cas compris, c'est que la motivation est bien plus efficace que la culpabilisation qui elle, au contraire, va nous freiner dans notre évolution. Par exemple, il vaut mieux être végétarien pour permettre de faire vivre des centaines d'animaux, que de l'être par pitié pour tous les animaux tués et maltraîtés. La nuance peut paraître ridicule, mais l'orientation de l'action est très différente. C'est un peu pareil que vouloir la paix pour éviter la la guerre et la violence, ou vouloir la paix pour le bien de tout le monde. La paix n'étant pas l'absence de guerre mais la présence de compassion (d'amour, de respect, de générosité, de conscience, etc.) quand on tente d'éviter la guerre, on n'évite rien du tout
Evidemment c'est pas très pragmatique comme genre de discours, mais si on y réfléchit bien, en pensant et en sentant de travers, on agit de travers aussi.
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par Christophe33 le Jeu 16 Aoû 2007 - 15:54

Salut les filles Very Happy ,
Car le verre épargné ne pouvait bien sûr par leur être envoyé.
Et pourtant, je persiste à penser que cette conscience-là est juste.
J'aime bien cette façon de voir les choses, moi aussi j'utilisais et utilise cette phrase et je la trouve juste aussi.
Côté végétarisme, c'est sûr que l'économie d'eau est là! Mais la douche plutôt que le bain, c'est une économie de plus, le robinet qu'on répare une autre, la toilette à litière bio-maitrisée aussi....je ne pense pas qu'il y ait une meilleure économie, il faut agir en âme et conscience, se connaître, savoir où l'on va et par quel chemin. Le fait de faire attention au robinet qui fuit c'est déjà en soi un super avancement, même si faire l'ensemble des points ci-dessus c'est mieux quitte à être vu comme un Khmer Vert (c'est ainsi que j'ai été appelé un jour!). L'eau source de vie est pour moi une chose hyper importante à préserver pour nos descendants, c'est ce à quoi je m'attèle de toutes mes forces mais j'essaie d'être sur d'autres fronts aussi...il faut aussi se ménager ne pas distribuer son énergie à tout venant, savoir se concentrer sur un point "d'attaque", c'est parfois tout aussi sage.
L'histoire de notre Colibri citée par Pierre Rabhi (que je suis allé voir de ton côté, il y a deux ans Claire (à Louvain dans un zoning et plus précisément une société qui s'occupe de diffusion de cartes, livres et spectacles,...). Un maître à penser, c'est d'ailleurs de son expérience et de celles de gens qui ont déjà quelques longueurs d'avance que je vais tenté d'être en autarcie alimentaire d'ici l'an prochain...grand défi (on verra bien!). J'ai déjà l'autonomie de l'eau, viendra (je l'espère) les fruits et légumes, le chauffage est acquis avec le bois, reste l'énergie mais là faut encore quelques €.



Very Happy
avatar
Christophe33

Age : 42
Localisation : Hainaut (Belgique)
Date d'inscription : 20/10/2006

http://lagrangeapaille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par calispera le Jeu 16 Aoû 2007 - 16:16

Lol, le khmer vert, ya des gens qui sont pas en mal d'imagination et de méchanceté. Cela dit, cela veut dire que l'écologie est en bonne voie, puisque d'abord on vous ignore, ensuite on se rit de vous, puis on vous combat, ensuite vous avez gain de cause Wink (c'est pas de moi, c'est de entre autre Gandhi).

Je suis en partie d'accord avec toi que quelque soit l'effort que l'on fasse, il compte. Mais je persiste à penser que la conscience va aussi dans le sens de la cohérence de ce qu'on fait. Et dans ce cadre : épargner 3 gouttes d'eau juste après avoir gaspillé 3 tonnes d'eau, cela ne fait pas vraiment sens. La conscience consiste donc aussi à choisir les orientations plus cohérentes. Mais peut-être faut-il avoir un jour économisé 3 gouttes en gaspillant 3 tonnes, pour parvenir à remarquer les 3 tonnes à économiser Wink

Euh, petite remarque : je veux bien être une soeur pour toi, je veux bien être considérée comme une femme, mais je préférerais ne pas l'être comme fille ou soeurette.
C'est dingue, je n'ose plus le dire aux femmes du forum Embarassed
J'ai l'impression que je vais me faire traiter de khmer féministe Wink
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par florenm le Jeu 16 Aoû 2007 - 16:44

Oui, faire ce qui est juste,
toujours,
sans faire de compromis.
....ça m'obsède, et je sais que j'ai encore un méga bout de chemin à faire. Peut-être que je n'ai pas encore assez conscience de tout ça... ou alors que c'est juste une question de temps, le temps de changer les habitudes, le mode de vie...

Quant à "J'aimerais parfois connaître le chemin qui mène à la conscience", pour commencer il faut beaucoup de temps et de disponibilité mentale. Ce qui n'est pas le cas de la pluspart des gens... (le manège boulot-famille-consommer).
Il faut ralentir et ralentir encore, pour que après que ça soit monté au cerveau ça redescende dans le corps! j'imagine que c'est un processus encore plus lent!
Mais même là, je prends à peine le temps de bien lire les différents posts et d'y réfléchir et de répondre, là il faut que je parte, alors du coup pas le temps. mais c'est toujours comme ça!... (pffff... question simplicité volontaire, ya du boulot là!)

Vivre à la campagne en autonomie etc, ça me branche beaucoup, en plus ça me correspondrai vraiment bien, mais je ne m'y sens pas du tout prêt psychologiquement, je crois avoir encore pas mal de choses à faire en ville. Mais peut-être est-ce juste une excuse pour éviter de me confronter au grand saut! (qui n'est pas que matériel bien sûr...)

Et petite remarque moi aussi Christophe, je ne suis pas non plus une fille et en plus je suis carrément de l'autre sexe! Mais salut qd même ;-)

florenm

Date d'inscription : 05/08/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par Christophe33 le Jeu 16 Aoû 2007 - 19:07

Vous avez décidé de me vexer aujourd'hui Evil or Very Mad
J'ai l'impression que je vais me faire traiter de khmer féministe Wink
Si peu !!!! affraid Wink
Pour Florenn, désolé mais tu n'étais pas encore intervenu sur le sujet quand j'ai répondu... alors:" Bonjour les Mecs" Very Happy
avatar
Christophe33

Age : 42
Localisation : Hainaut (Belgique)
Date d'inscription : 20/10/2006

http://lagrangeapaille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par calispera le Jeu 16 Aoû 2007 - 21:53

florenm a écrit:Oui, faire ce qui est juste,
toujours,
sans faire de compromis.

Pour moi ce qui est juste, ok, mais le côté compromis en fait partie. Dans le sens que trop de radicalité nous perd, soit face à nous-même, mais surtout face à autrui. C'est un peu ça aussi la difficulté : aller jusqu'au bout de nos opnions et être cohérent, tout en gardant beaucoup de souplesse pour respecter nos propres limites d'un côté, et pour ne pas devenir paria.

Le compromis, c'est accepter qu'on n'est pas encore prêt au changement, et qu'on est mieux de faire un petit changement qu'un trop gros qu'on ne pourra pas tenir. Le compromis, c'est aussi adoucir les changements, par rapport à l'entourage, car à force de ne pas faire de compromis, on s'aliène l'entourage, et si on fait du positif pour sa propre vie, on a alors une influence négative sur l'entourage, ce qui pourrait être pire.
Un groupe n'avance toujours qu'à la vitesse du plus lent. Si nous voulons, dans le cadre de la simplicité volontaire, être plus rapide que l'ensemble de la société, nous avons aussi intérêt à ne pas l'être trop, dans la mesure où ceux qui ont trop d'avance, sème le groupe derrière eux, et ne font pas avancer le schmilblik.

....ça m'obsède, et je sais que j'ai encore un méga bout de chemin à faire. Peut-être que je n'ai pas encore assez conscience de tout ça... ou alors que c'est juste une question de temps, le temps de changer les habitudes, le mode de vie...

Oui, d'un côté il y a l'urgence de la situation (l'humanité qui se condamne à disparaître, et condamne bien plus qu'elle-même) et d'un autre, on ne peut pas forcer l'allure. Nous avons à respecter nos limites, notre rythme d'évolution. Vouloir aller plus vite que nos capacités c'est nous retirer la possibilité d'avancer. Il y a donc aussi de l'acceptation à cultiver, accepter qu'on ne peut pas aller plus vite que le temps, ou en d'autres mots, que « le temps n'accepte pas ce qui se fait sans lui ». Mais bon, s'il y a un moyen de devenir conscient un peu plus vite, qui ne soit pas bourré d'inconvénients, je vais pas rechigner pour apprendre à le connaître Wink

Quant à "J'aimerais parfois connaître le chemin qui mène à la conscience", pour commencer il faut beaucoup de temps et de disponibilité mentale. Ce qui n'est pas le cas de la pluspart des gens... (le manège boulot-famille-consommer).
Il faut ralentir et ralentir encore, pour que après que ça soit monté au cerveau ça redescende dans le corps! j'imagine que c'est un processus encore plus lent!
Mais même là, je prends à peine le temps de bien lire les différents posts et d'y réfléchir et de répondre, là il faut que je parte, alors du coup pas le temps. mais c'est toujours comme ça!... (pffff... question simplicité volontaire, ya du boulot là!)

Ben j'aurais tendance à penser pareil, et pourtant, moi qui ai des tonnes de temps pour moi, ben j'avance pas très très vite non plus, et c'est pourtant pas faute de mettre le paquet pour y arriver.
Mais je me rends compte tout de même que j'ai vraiment la chance d'avoir du temps, de la disponibilité pour me consacrer à évoluer, et j'aimerais justement pouvoir avancer beaucoup pour pour moi-même bien sûr, mais aussi pour pouvoir aider d'autres à avancer aussi.
Le concept des champs morphiques (ici) me rend plus optimiste. J'y crois pas mal, bien que rien ne soit totalement prouvé de ce côté-là.

Vivre à la campagne en autonomie etc, ça me branche beaucoup, en plus ça me correspondrai vraiment bien, mais je ne m'y sens pas du tout prêt psychologiquement, je crois avoir encore pas mal de choses à faire en ville. Mais peut-être est-ce juste une excuse pour éviter de me confronter au grand saut! (qui n'est pas que matériel bien sûr...)

Et bien, je commence à comprendre un truc. En simplicité volontaire, dans les milieux écologiques, et dans pas mal d'autres milieux, il y a accord pour dire que vivre dans la nature nous correspond mieux, est plus « naturel ». Et bien, je n'en suis plus tout à fait sûre. J'ai vécu à la campagne à plusieurs reprises, et je ne m'y suis jamais sentie vraiment bien. Je conçois bien le défaut des villes, mais en même temps, je me rends compte que mon côté grégaire exige que j'habite là où ça fourmille d'humains.
Par exemple, jusqu'à présent prendre une boisson à une terrasse de café, est un grand plaisir pour moi, mais jamais je ne le ferais sur un boulevard, le long du passage de centaines de voitures. Pourtant, par hasard, je l'ai tout de même fait récemment, et me suis rendue compte que je préférais ça à une terrasse peu peuplée en pleine nature ou dans un endroit peu mouvementé. Dans les voitures il y a des gens. Ok, ça pollue, ça fait du bruit, etc. Mais je me rends compte que la présence de beaucoup de gens m'est indispensable, et vivre à la campagne m'amputerait de cela, ce qui ne me paraît pas concevable.
Or question empreinte écologique, je ne suis pas persuadée, dans nos contrées, que vivre à la campagne soit plus économique, sauf peut-être pour ceux qui vivent vraiment hors normes : autharcie avec grand terrain, bois, source, animaux, disponibles, etc. pour aider à survivre.
Y en a-t-il d'autres qui vivent cela comme moi? J'ai longtemps cru, (par rapport au discours écologique et hollistique courant) que vivre en pleine nature nous ramène à nous-mêmes, et j'ai encore des doutes, mais j'ai bien l'impression que pour moi ce n'est pas le cas, ma nature principale, c'est de vivre avec des humains. Je le dis dans le doute, et accepte que je peux totalement me tromper. Mais si pour la première fois je l'exprime, c'est bien parce que le discours ambiant ne me parle absolument pas, et que je me dis que ce n'est pas forcément parce que j'ai tort. (C'est un peu pareil que dans le cas de ne pas vouloir d'enfant quand tout le monde parle de la plus belle expérience humaine existante, ou ne pas aimer Mozart quand tout le monde estime que c'est la qualité musicale suprême, ou encore être pour la simplification de l'orthographe française, quand tout le monde ne jure que par la perte culturelle magistrale que cela entrainerait.)
Je pense qu'il peut y avoir plusieurs réalités, et que s'il est bon pour les uns de vivre proche de la nature, ce n'est pas forcément la panacée. Qu'en pensez-vous?
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par Christophe33 le Ven 17 Aoû 2007 - 21:13

Claire,

Je pense que comme tu le dis, chacun à sa manière d'habiter. Personnellement, je ne me vois pas habiter en ville. Trop de gens, trop de bruits, trop! Mais je comprends que certain ne puissent habiter à la campagne.
Au sujet de l'autarcie, même à la campagne, les cas sont rares. La radicalité est un terme qui me convient, car oui, je suis radical ; pas vis-à-vis des autres après tout s'ils veulent être le toucan au gros bec de l'histoire, c'est leur problème ; mais vis-à-vis de moi-même. Ma conception de la vie, suite à mon vécu, est telle que l'écologie est devenue celle-ci si on veut!

Je ne suis pas parfait loin de là, j'ai deux camions qui me conduisent sur les chantiers et qui consomme chacun 9l/100KM, à mon avis..le dernier gros point noir sur mon visage!

La radicalité ferme des portes, malheureusement, d'un côté parce que la différence effraie, d'un autre, je pense, que certain ont peur de voir la vérité en face (pas la mienne, celle du il est grand de temps de s'y mettre!).

La radicalité d'hier n'est pas celle d'aujourd'hui. Les hippies qui réclamaient le droit de se promener nus, hier, étaient embarqués. Aujourd'hui des espaces spécialement prévus pour les naturistes existent.
La toilette sèche, symbole de la résistance, hier, passe nettement mieux aujourd'hui. Je pense que la radicalité existe à un moment précis parce que les choses évoluent dans un sens ou dans un autre.

Maintenant concernant le regard des gens, c'est vraiment la dernière chose à laquelle je fais attention. Si les gens veulent échanger un regard, un sourire, une phrase alors je suis là. S'ils restent le regard bas, tant pis.
J'ai passé pas mal de temps à regarder et essayer de capter l'autre pour lui parler, lui sourire, ....
Petit exemple, j'habite un petit ensemble de maisons qui aurait pu être un habitat groupé par exemple car les lieux le permettraient. Chez moi, ce n'est que plantations , de fleurs, de plantes grimpantes, d'arbres et d'arbustres, des haies, des nichoirs par ici et par là,...J'ai entendu un de mes voisins appeler cela du bordel. Pourtant tout est "organisé" ma femme n'aimant pas les jardins sauvages, du semi-sauvage en quelque sorte. Pour eux, cela doit être une pelouse coupée tous les 4 jours, et plus rien. Et c'est comme çà chez eux! Leur vie est aussi remplie que leur terrain.

Donc pour conclure, et concernant l'exemple pris, ben je gaspille pas les trois tonnes et aussi les trois gouttes. Mais que quelqu'un vienne un jour me parler et me dire, tu sais j'ai pas gaspillé les 3 gouttes seulement, ou les trois tonnes, ou tout autre chose, je le regarderai, lui sourirai car un nouveau colibri sera en train de prendre son envol.
avatar
Christophe33

Age : 42
Localisation : Hainaut (Belgique)
Date d'inscription : 20/10/2006

http://lagrangeapaille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par jackihi le Lun 5 Nov 2007 - 15:22

On dit "il faut manger l'élephant morceaux par morceaux sinon on risque d'étouffer" (bon pour une végétarienne je trouve ça assez comique). Donc je change encore mais à mon aise. C'est vrai que en matière de changement j'ai fait beaucoup en un an de prise de conscience. Maintenant j'ai l'impression de m'essouffler un peu. Alors je lève un peu le pieds et je soutiens ma motivation en venant lire vos anciens postes...
avatar
jackihi

Age : 44
Localisation : Namur
Date d'inscription : 22/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par loute19 le Mer 27 Fév 2008 - 17:49

bonjour, même si ce sujet est un peu ancien je tiens à y attribuer ma petite contribution!!

Tout d'abord je me présente : je suis une "petite nouvelle" qui partage sensiblement les mêmes préoccupations que les votres.
C'est en multipliant les recherches sur la toile, à travers divers blog d'inspiration tel que celui de Raffa, de rencontres hasardeuses très enrichissantes qu'aujourd'hui j'officialise ma venue sur ce forum !! Laughing

Moi aussi je suis emprunte d'une énorme incohérence et contradiction j'expose succinctement cette situation :

J'habite une région magnifique qu'est la corrèze et plus précisément la haute corrèze dans une peite ville de 10000 habitants, je suis éducatrice et travaille auprès de personnes en situation de handicaps à 26 kms de mon lieu d'habitation ...c'est le hic !!!
pour m'y rendre pas de moyen de transport en commun, la marche à pieds j'aime bien mais là c'est impossible.. donc la "meilleure" solution reste le covoiturage !
Il y a quelques années je vivais à moins de 10mètres de mon lieu de travail mais la situation était quasi identique puisque dans ce petit bourg, à moins de vivre en autarcie avec autoproduction alimentaire impérative il n'est pas possible de vivre.
A mi-chemin : rien, enfin si de merveilleux paysages et animaux ... dame nature quoi !!

Donc voici très brièvement expliqué l'objet du délit qui me taraude ! affraid
Alors que faire ?? confused sans parler de l'abscence de SEL AMAP ...mais l'omniprésence du système D pour être en paix avec son âme et conscience !
avatar
loute19

Localisation : Haute Corrèze
Date d'inscription : 27/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par Invité le Mer 27 Fév 2008 - 18:14

Bonjour à vous ! covoiturage ! pourquoi pas !

une petite annonce ! covoiturage cherche voiture partage frais ,
pour tel direction environ tel heure etc ..

c'est parfait ! cheers

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par Raffa le Mer 27 Fév 2008 - 18:34

ET le vélo ? Bon c'est peut-être un peu long mais tu auras uen super conditions physiques Very Happy

Raffa

Date d'inscription : 12/11/2006

http://raffa.grandmenage.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par Invité le Mer 27 Fév 2008 - 18:38

oui en vélo !! Shocked 1h30 heures le matin !! 1h 45 le soir !! pale

cheers vive le sport !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par loute19 le Mer 27 Fév 2008 - 20:04

bon ok une idée unanime à en croire vos messages ; il va falloir que je me fournisse en clous pour monter sur mes pneus car en hiver chez nous il y a de la neige et du verglas !! Razz
quoique .......
maintenant avec le réchauffement climatique !! silent
avatar
loute19

Localisation : Haute Corrèze
Date d'inscription : 27/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par calispera le Jeu 28 Fév 2008 - 13:28

Rien n'empêche de faire du vélo 9 mois de l'année et du covoiturage pendant trois mois. Cela dit, chacun fait ses choix en fonction de lui-même, pas en fonction de ce qu'on lui dit de faire. C'est juste ce qu'on dit qui peut faire écho ou pas.
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par elieli le Lun 26 Mai 2008 - 15:47

calispera a écrit: mais je ne me sens pas encore vraiment prête à me passer de papier.

Bonjour calispera

Pour ne pas utiliser de papier hygiénique, je peux vous assurer qu'on y arrive pas du premier coup : il faut du temps pour être à l'aise avec ça, mais après impossible de revenir au papier car avec on se sent sale. J'avais lu un jour (il y a très longtemps) que dans les pays où les gens utilise l'eau au WC pour se nettoyer que les cancers de l'anus étaient moins fréquents...

Donc quand je voyage, je récupère toujours 2 ou 3 bouteilles d'eau minérale que je remplis d'eau du robinet pour cet usage.
avatar
elieli

Age : 62
Localisation : Paris en France. La Tour Effeil
Date d'inscription : 31/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par Michelle le Mar 27 Mai 2008 - 11:46

Et bien, je n'en suis plus tout à fait sûre. J'ai vécu à la campagne à plusieurs reprises, et je ne m'y suis jamais sentie vraiment bien. Je conçois bien le défaut des villes, mais en même temps, je me rends compte que mon côté grégaire exige que j'habite là où ça fourmille d'humains.
Par exemple, jusqu'à présent prendre une boisson à une terrasse de café, est un grand plaisir pour moi, mais jamais je ne le ferais sur un boulevard, le long du passage de centaines de voitures. Pourtant, par hasard, je l'ai tout de même fait récemment, et me suis rendue compte que je préférais ça à une terrasse peu peuplée en pleine nature ou dans un endroit peu mouvementé. Dans les voitures il y a des gens. Ok, ça pollue, ça fait du bruit, etc. Mais je me rends compte que la présence de beaucoup de gens m'est indispensable, et vivre à la campagne m'amputerait de cela, ce qui ne me parait pas concevable.
Or question empreinte écologique, je ne suis pas persuadée, dans nos contrées, que vivre à la campagne soit plus économique, sauf peut-être pour ceux qui vivent vraiment hors normes : autharcie avec grand terrain, bois, source, animaux, disponibles, etc. pour aider à survivre.
Y en a-t-il d'autres qui vivent cela comme moi? J'ai longtemps cru, (par rapport au discours écologique et hollistique courant) que vivre en pleine nature nous ramène à nous-mêmes, et j'ai encore des doutes, mais j'ai bien l'impression que pour moi ce n'est pas le cas, ma nature principale, c'est de vivre avec des humains. Et quand nous vivons à la campagne au bout de nul part on prend sa voiture tout le temps aller chercher un pain chercher les enfants à l'école au cour de danse ,foot avec trois enfants ses tous le temps sur les routes nous somme le taxi ces du vécu ici à Liège je presque tout à pied ou à vélo
avatar
Michelle

Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 28/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par Michelle le Mar 27 Mai 2008 - 11:52

Pour le papier de toilette je me sert de petit tissu pour m'essuié pour les petits pipi chez moi comme je ne tire pas la chasse a chaque fois je risque de boucher avec trop de papier
avatar
Michelle

Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 28/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par elieli le Mar 27 Mai 2008 - 15:46

Je suis assez d'accord avec ce qu'écrit Michelle
avatar
elieli

Age : 62
Localisation : Paris en France. La Tour Effeil
Date d'inscription : 31/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par calispera le Mar 27 Mai 2008 - 19:37

Ben ça porte un peu à confusion. Dans le premier message de Michelle, je me retrouvais à fond, et j'étais prête à répondre, enthousiaste.....naïve plutôt.
J'ai alors voulu voir à quel message cela répondait, car dans les récents messages ce sujet n'était pas abordé. Pour retrouver ce thème, j'ai relu tout l'échange, et.... me suis rendu compte que, excepté la dernière phrase du message de Michelle, ce sont tout simplement mes propres mots recopiés de plus haut ....(d'où ma naïveté)
Donc, rien à ajouter Wink

Enfin si, que je suis d'accord aussi avec la dernière phrase de Michelle. Cependant je pense savoir que ceux qui font de la simplicité volontaire et vivent à la campagne avec une voiture, ne sont en général pas tout à fait dans ce registre.
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par Invité le Dim 20 Juil 2008 - 19:21

Quand j'étais enfant chez mes grand-parents dans une banlieue un peu paumée, presque la campagne on y utilisait du papier journal aux WC, coupé en morceau et enfilé sur un fil de fer est-ce que techniquement ce recyclage serait encore possible sans boucher les canalisations? D'autre part le vrai papier à WC de l'époque (appelé parfois papier Joseph) était fait de papier recyclé non blanchi grisâtre / beigeasse où en voyait distinctement les fibres colorées des supports recyclés. Ce produit simple n'est plus disponible sauf pour les collectivités en grosse quantités.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par joe.chip le Dim 20 Juil 2008 - 22:12

Philippe: on y utilisait du papier journal aux WC
J'ai fait ça il y a quelques années. Une astuce: froisser le papier avant usage, pour l'assouplir, mais ça dépend du journal: ils ne sont pas tous faits du même papier.
avatar
joe.chip

Date d'inscription : 23/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par Armor le Dim 20 Juil 2008 - 23:14

Une question sur cet usage du papier journal : et les produits chimiques dans le papier et les encres? Pour l'homme comme pour l'eau, pas sûre pour ma part que ce soit une bonne idée. scratch
avatar
Armor

Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par joe.chip le Dim 20 Juil 2008 - 23:43

Tu as raison. Je me suis posé les mêmes questions. Quand je l'ai fait, je n'avais pas autre chose.
avatar
joe.chip

Date d'inscription : 23/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par calispera le Dim 20 Juil 2008 - 23:44

M'est avis que le papier wc n'est vraiment pas fait pour les toilettes à chasse d'eau.

Et question dégradabilité dans la nature (toilettes sèches - compost), et gaspillage en densité de papier, je pense que le papier wc est plus adéquat. J'aurais tendance à penser qu'il vaut mieux envoyer le papier journal au recyclage car il est plus dense, dans le sens qu'on utilise plus de bois pour le fabriquer que ce qu'on en utiliserait pour du papier wc. Mais je me base sur mes impressions ou intuitions, je n'ai pas la connaissance pour pouvoir en juger. Si quelqu'un peut nous éclairer, ce serait intéressant.
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par joe.chip le Dim 20 Juil 2008 - 23:47

"calispera"M'est avis que le papier wc n'est vraiment pas fait pour les toilettes à chasse d'eau.

Je pense que tu voulais dire : le papier de journal.
avatar
joe.chip

Date d'inscription : 23/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par Invité le Lun 21 Juil 2008 - 7:59

J'ai un gros doute sur le papier journal dans les canalisations en effet, mais dommage qu'on ne trouve pas en quantité raisonnable pour particulier ce papier toilette brut de recyclage non blanchi dispo pour les collectivités économes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

fond de culotte noirci

Message par elieli le Lun 21 Juil 2008 - 8:26

Armor a écrit:Une question sur cet usage du papier journal : et les produits chimiques dans le papier et les encres? Pour l'homme comme pour l'eau, pas sûre pour ma part que ce soit une bonne idée. scratch
Petite, nous faisions aussi comme ça chez nos parents et personne n'en est mort, mais je me souviens aussi et ce n'était pas très agréable, parce que le fond de la culotte était souvent noirci par l'encre qui invariablement imprimait un peu les fesses. Rien que pour cela je ne recommande pas le papier journal sauf si on n'a rien d'autre.
avatar
elieli

Age : 62
Localisation : Paris en France. La Tour Effeil
Date d'inscription : 31/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les incohérences et contradictions dans les économies

Message par calispera le Lun 21 Juil 2008 - 13:20

joe.chip a écrit:"calispera"M'est avis que le papier wc n'est vraiment pas fait pour les toilettes à chasse d'eau.

Je pense que tu voulais dire : le papier de journal.

Lol Joe.chip, en effet, merci pour la rectification Wink

Philippe, il existe tout de même plusieurs variantes de papier wc en papier recyclé. Je fais l'hypothèse qu'actuellement on parvient à produire du papier wc recyclé qui soit plus doux et mieux présenté, et qui écologiquement ne soit pas plus néfaste que l'ancien papier brut donc tu parlais. Le papier brut de l'époque était sans doute brut, parce que plus économique, mais à présent, les chaînes de production de papier wc sont tellement amorties que se permettre du papier doux à moindre frais est devenu possible. Mais je peux me tromper.

Pour ma part, j'ai souvenir, qu'en Belgique, le papier moins doux, qu'on trouvait dans les wc publics (quand il y avait du papier) était rose, et on n'en voit plus nulle part. Et j'avoue m'en porter mieux Wink
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum