La non-scolarisation

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La non-scolarisation

Message par sofi le Mer 12 Sep 2007 - 13:59

Rappel du premier message :

Bonjour, je me permet d'ouvrir ce post en esperant ne pas faire de doublon. Et surtout en me demandant si ça a un rapport avec la SV Rolling Eyes


Alors je voudrai demander aux parents qui éduquent eux meme leur enfants:

-comment enfin surtout "pourquoi" avez vous sauter le pas?

-comment l'entourage à réagit (peur d'echec, peur d'enrolement dans une secte... que sais-je encore)? et que lui avait vous répondu Very Happy

-comment à réagit l'enfant (ou les enfants) si il était déjà scolarisé? ou même si il ne l'était pas d'ailleur ^^

-et aussi, si vous avez des adresses de sites ou de livres qui pourrai m'orienter.
(j'aime beaucoup le blog homeschooling mais je suis preneuse pour d'autre méthode, même si la méthode Montessori est celle qui me parle le plus)

Voilà....

Je ne vous cache pas que je crève de peur à l'idée de me lancer mais si je ne le fais pas, je crois que je passerai à coté de quelque chose d'important pour moi. Comme l'Homme est d'un avis mitigé, on laisse Clem à l'école jusquà la fin de la maternelle, ce qui nous permet trois ans de reflexion.

sofi

Age : 39
Localisation : (64)
Date d'inscription : 02/04/2007

Revenir en haut Aller en bas


Re: La non-scolarisation

Message par leeloo le Dim 15 Juil 2012 - 23:38

super temoignage newlife Very Happy (pas finis de lire les 5 pages)

leeloo

Date d'inscription : 29/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La non-scolarisation

Message par newlife le Lun 16 Juil 2012 - 10:03

oups, j'ai oublié de reviendre Sleep Smile

dans mon groupe de parents pour enfants non sco, les mamans ont toutes arrêtées de travailler ou n'ont jamais repris d'activités pro depuis la naissance des enfants.

c'est un projet de couple alors tout l'aspect financier est revu en détail.
a ce moment on se rend compte de tout ce dont on peut se passer.

pendant mon congé parentale, j'espère pouvoir réduire encore mes dépenses pour n'avoir à travailler que quelques heures par semaines à la fin de mon congé et ainsi subvenir à nos besoins sans avoir de compte à rendre à l'administration.

surtout que je n'ai pas du tout envie que ma deuxième aille à la maternelle.




avatar
newlife

Age : 39
Localisation : ORLEANS
Date d'inscription : 07/07/2012

http://lenidabestioles.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La non-scolarisation

Message par LeoAltair le Ven 20 Juil 2012 - 12:21

gunday a écrit:Mais dans le boulot, on revient à l'école : pas vraiment d'envie d'apprendre, la curiosité est muselé, les sujets de société sont expédiés à coup de poncif répété de TF1 sans avoir la moindre réflexion, et le moindre écart à la mentalité bien pensante, c'est tout de suite un positionnement dans une petite case.

Après quelques années de tentatives de salariat qui m'ont désespérées, je suis devenue freelance : travaillant chez moi, ou en entreprise mais avec un recul permanent vis à vis des conditions de travail et de management réservées aux salariés, et toujours la possibilité de mette fin à mon contrat lorsque celles-ci ne me conviennent plus. Etonnant, non ?

Ma dernière expérience en régie a été dans une SCOP : où j'ai découvert qu'une autre façon de travailler est possible... Un truc tout bête : là-bas, *tout le monde* était au 4/5e pour pouvoir faire de la musique ou s'occuper de ses enfants. Chose qu'on m'a refusé partout ailleurs, même en tant que freelance. Et je ne parle pas des réflexions entendues en entreprise (souvent proférées par des femmes, d'ailleurs) vis-à-vis des mamans qui ne travaillent pas le mercredi, ou refusent les réunions à 17h pour cause de gamin à aller chercher à l'école...

Mais on s'écarte du sujet là...
Ou pas tant que cela finalement ? Car la desco il faut aussi l'organiser vis a vis de son travail.

LeoAltair

Localisation : Hauts de Seine
Date d'inscription : 03/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La non-scolarisation

Message par LeoAltair le Ven 20 Juil 2012 - 14:06

reveuse a écrit:une scolarisation à domicile mais avec présence humaine...un enfant seul devant une machine...je crois que Dempsey idéalise beaucoup les élèves et diabolise les enseignants...

reveuse a écrit:combien vont se dire "ce matin, je m'y mets, je vais faire un peu de français, un peu de géo...", je parle comme maman de 4 enfants.
Mon Dieu mais alors vous avez du remarquer qu'avant d'aller à l'ecole les enfants sont NATURELLEMENT CURIEUX. C'est l'ecole qui étouffe petit à petit cette curiosité. L'enfant ne se dira pas "je vais faire un peu de francais" mais "ce sujet m'interesse et si je ne sais pas lire alors ce livre qui s'y rapporte ne m'est pas accessible, donc j'apprends.". Il ne se dit pas "je vais faire de la géo" mais en fait sans s'en rendre compte, en développant ses passions, que ce soit la migration des oiseaux ou le foot (c ou le Bresil ?).
Ca tombe bien, c'est uniquement les choses apprises ainsi que l'on retient, le reste entre par une oreille et ressort par l'autre. De meme une notion pourra etre expliquée 15 fois et toujours pas comprise/retenue : en laissant l'enfant se débattre, essayer toutes les solutions pour finalement trouver la bonne, non seulement il comprendra et retiendra, mais il aura une grande confiance en lui/fierté d'avoir trouvé la solution tout seul. Cela demande de laisser le temps à chacun de progresser selon son rythme. Impossible avec une classe, possible avec une machine, dont la patience est infinie. Ce qui n'empeche pas d'avoir un referent humain, par ailleurs.

reveuse a écrit:Quid des parties de foot, des copains, des fous rires parce que l'école c'est ça aussi.
Woua... et sans l'ecole un enfant est vraiment incapable de faire du foot, de se faire des copains, de rire avec eux ? Mais comment faisait-on, avant ?

On n'apprend strictement rien d'utile à l'ecole qu'on n'aurait pas appris DE TOUTE FACON : lire, ecrire, compter, parler une langue étrangere, les notions utiles de science, de geo, d'histoire, le processus expérimental, l'importance d'un travail soutenu et régulier pour progresser... tout cela s'apprend dans la vie, par la pratique d'un sport, d'un hobby, par l'observation des gens autour de nous et l'interaction avec eux.

Etre libre d'aller chercher des connaissances au moment où on en a envie/besoin et non être gavé de notions inutiles dont on n'a que faire : voila le paradis. Bien sur aller les chercher aupres d'un humain c'est mieux, mais si on ne le peut pas les livres c'est tres bien, et un ordi c'est encore mieux, où est le probleme ?

Personnellement je ne diabolise pas les enseignants, je pense juste qu'il pourraient être tres utiles mais pas de la facon qu'ils enseignent actuellement. Par ailleurs, une grande dose d'humilité leur ferait le plus grand bien : un bon eleve l'est avant tout grace a lui-même, a sa capacite d'interet, de recherche, de comprehension et de travail. Que son enseignant l'aide, le guide, l'encourage, oui, mais c'est l'enfant et lui seul qui parcourt le chemin.


(ouille, on va encore me dire que je fais des doubles messages : mais je ne reponds pas à la meme personne, pas au meme sujet... et si vous regardez bien, pas au meme moment. Pour mon petit cerveau, ce sont deux fils de discussion differents, même s'ils se trouvent dans le meme sujet. Toutes mes excuses à l'admin)


reveuse a écrit:.le rôle du professeur est bien de devoir retenir l'attention des élèves, rôle de plus en plus difficile je crois,
Pardon ? Le role du professeur est d'enseigner, point. Or on m'a toujours appris qu'on ne fait pas boire un ane qui n'a pas soif. Donc le role d'un prof n'est surement pas de retenir l'attention des eleves a tout prix. Etre interessant, passionné, pedagogue et pas barbant façon Pr Rogue dans H. Potter, oui. Se transformer en animateur de colo, non.
Si des eleves ne sont pas interessés par un cours ils devraient avoir la liberte de sortir (pour en suivre un autre ailleurs, ou aller jouer). C'est parce qu'on les oblige a rester malgré tout qu'ils f**tent le b****l et empechent d'apprendre meme ceux qui en ont envie. Beau resultat.

reveuse a écrit:je crois que beaucoup d'enseignants voudraient une école différente mais il faudrait la collaboration des enfants et des parents...en ce qui concerne les horaires ne pas fixer une heure d'arrivée me semble envisageable en maternelle mais pas en primaire et en secondaire, ce serait en plus la porte ouverte a des dérives je pense que certains ne viendraient que rarement à l'école !
Un : et alors, ou est le probleme ? L'ecole etait à l'origine un droit, je ne comprends pas qu'elle soit devenu un devoir.
Deux : mais en fait, qu'est-ce que vous en savez, vous avez essayé ? Vous me faites penser à tous ces esprits frileux qui cassent d'entrée une idée avant même d'y reflechir ou de la tenter : "Descolariser un enfant ? Mais il ne va rien faire, rien apprendre, et va se desocialiser". "Vivre sans télé ? Mais tu vas t'ennuyer !", "Des homos qui elevent des enfants? Mais ils ne sauront pas faire, et ils vont en faire des homos", "Partir vivre un an au Japon/Divorcer/Changer de métier à 40 ans/lâcher ton boulot d'ingénieur pour devenir ébéniste, ton reve de toujours ? Mais tu ne vas pas t'en sortir ! Ca ne va pas marcher ! Il va se passer ci ou ca..." RHAAAAA !!!!
Laissez-nous rever, tenter, essayer, et lachez-nous !!
Un horaire obligatoire pour les enseignements indispensables, genre 10h-12h, et le reste libre. De larges plages d'aprentissage autonome, des enseignements proposés et choisis, je ne vois pas en quoi c'est utopique. L'enseignement anglais avec les A level permet aux enfants de CHOISIR leurs matieres... Avoir sa matinee libre pour faire la grasse mat si on n'est pas du matin, et l'aprem pour faire du sport SI ON VEUT ou de la musique ou des jeux videos. Je ne vois rien de choquant ni d'impossible la.
Parce que les enfants qu'on OBLIGE a rester en classe plutot que retourner sur leur console, je ne vois vraiment pas ce que ca leur apporte : leur corps est la, pas leur esprit. Donc ils n'apprennent rien. Quel est l'interet, exactement ?

reveuse a écrit:L'école est un lieu de travail avec des horaires, un cadre précis, si le plaisir d'apprendre est présent c'est un bonus
Parce que vous croyez vraiment qu'on peut apprendre et retenir sans plaisir ?

reveuse a écrit: dans la classe de mon fils beaucoup d'enfants ne s'interessent à rien hors tv, jeux video et foot quoique fasse l'enseignant.
Oui, normal. Et c'est pas en leur parlant de Napoleon ou de logarithme qu'on va les faire changer...

Par contre en acceptant cette donnée de base et en décidant de s'en servir plutot qu'en la réprouvant, on peut peut-etre arriver à qqch :

Vous aimez les jeux videos ? Projet de cette année : en realiser un ! Et hop, notions de maths/geometrie/logique, de programmation, donc pensee construite et rigueur, dessin, musique, stratégie, francais (pour les dialogues s'il y en a), anglais (documentation et langages de progr)

Vous aimez le foot ? Très bon support pour des notions élementaires de maths, que ce soit le terrain ou les equipes internationales (poum: geographie). Et il faut savoir lire pour analyser les resultats des matches ou faire la bio d'un joueur. Un prof dans une classe avait suivi le Vendée-Globes avec ses eleves et en avait fait un suport sensationnel pour ses cours.

La TV plus dur mais certains parents et enseignants s'en servent bien pour développer l'esprit critique : notions de propagande, mecanismes de la publicite, histoire si une serie se passe à une epoque donnee. Je suis sure qu'en reflechissant un peu on peut trouver a tirer un enseignement même de la Ferme Celebrités.

Il faut juste arreter de se plaindre et de vouloir aller CONTRE, pour accepter et faire AVEC.

Oui ca demande de se triturer les meninges, mais c'est justement CA, la pedagogie, non ?


LeoAltair

Localisation : Hauts de Seine
Date d'inscription : 03/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La non-scolarisation

Message par newlife le Ven 20 Juil 2012 - 15:18

il est difficile d'accepter que l'on puisse faire autrement.

sans pour cela traumatiser, perturber, marginaliser "ses enfants" qui ne vont pas à l'école.

bien sûr il peut y avoir des dérives mais dans quels domaines n'y en a t-il pas ?

ils faut faire confiance à nos enfants, accepter que parfois ils n'ont pas envie de travailler un jour et répondre à leur soif d'apprendre sur un sujet en particulier le lendemain.

alors oui on sort des sentiers battus, mais en étant sincère avec soi même qui a retenu tout ce que nous avons appris à l'école ? et pourtant ça n'empêche pas la culture

comme dit ma fille de bientôt 11 ans, ce n'est pas parce que j'irais à l'école que je serai médecin et ce n'est pas non plus parce que je suis en IEF que je serai femme de ménage !

moi je n'aime pas ce qu'est l'école sans la diaboliser ! mais il y a trop d"élèves, trop de violence, trop "d'adultisme", trop de règles et tout ça ne laisse de place à plus de liberté pour agir, rêver, se laisser aller à sa, ses passions apprendre différemment que le nez collé dans un bouquin ennuyeux.

tant qu'aux copains on les trouve partout, tout dépend si on est isolé ou pas.
mais les enfants ief font aussi des activités, on des copains etc

la de socialisation ça n'existe pas c'est un faux problème. Laughing






avatar
newlife

Age : 39
Localisation : ORLEANS
Date d'inscription : 07/07/2012

http://lenidabestioles.blog4ever.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La non-scolarisation

Message par Mélodie le Mar 4 Sep 2012 - 18:24

Bonne non-rentrée scolaire aux désco Smile
(et bonne rentrée aussi aux autres, y a pas de raison !)

Mélodie

Date d'inscription : 09/06/2009

http://melynae.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum