Marc Allard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Marc Allard

Message par copenhague le Lun 22 Déc 2008 - 18:09

Découvert via le blog Compact, cette série d'articles de Marc Allard, un journaliste québécois. http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/dossiers/changer-sa-vie/
Il a décidé d'essayer pendant un mois de vivre "à fond" selon la simplicité volontaire. Pendant un mois, il n'a acheté aucun objet neuf, a essayé de moins consommé, s'est documenté, a mangé bio et a appris à cuisiner correctement des plats de base.

Que pensez-vous de cette façon de faire ?
Je n'ai pas lu tous les articles. Mais ceux que j'ai lu me semblaient intéressants et drôles, quoique très simples.

Au début j'étais un peu sceptique quant à cette façon de faire : "je teste et si ça ne me convient pas, j'arrête !" ou "de toute façon, je n'en ai que pour un mois". Je trouvais que la période d'essai était une solution de facilité.
Puis finalement, je suppose que même s'il arrête (il arrive au terme de ce mois d'essai le 23 décembre, soit demain) de le vivre de cette façon, il aura appris quelque chose ...
avatar
copenhague

Localisation : NI
Date d'inscription : 02/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Allard

Message par calispera le Lun 22 Déc 2008 - 19:20

Euh, m'est avis qu'il s'agit d'un journaliste des mass-médias, car le concept de faire un essai pendant un mois ne me parle pas du tout. Les changements, à mes yeux, passent par des prises de conscience, donc ils sont progressifs, et dépendants de ces prises de conscience. L'idée de s'y lancer à fond pendant un mois, ça résonne nettement plus comme du bluf à mes yeux. Il dirait : je vais me faire homme politique, prêtre, militant, ou champion de ski pendant un mois, ça me ferait le même effet: ce n'est pas crédible.

Cela n'empêche pas qu'il a sûrement appris et expérimenté des choses, sans doutes changé quelques préjugés. Mais en terme de conviction, hmm, j'ai des doutes.

De plus, un mois, c'est tellement court.

Dans le même registre mais en nettement plus engagé, je viens de commencer un livre de Barbara Kingsolver : un jardin dans les Appalaches. Elle (écrivaine) et sa famille déménagent du désert de Denver vers l'est des USA, et en planifiant de vivre en quasi autarcie : de leurs légumes, de leurs poules et chèvres, de la solidarité avec les voisins, de l'eau de source, etc.
Ils étaient déjà très sensibilisés par le sujet (vivaient déjà +/- en simplicité volontaire) depuis pas mal d'années (elle avait déjà écrit un livre dans ce sens ya plusieurs années).
Bref, ce témoignage là pourrait bien faire des émules chez les lecteurs.

Par contre le blog de Marc Allard, je ne le trouve pas attirant, les titres quotidiens de ses articles ne me parlent pas du tout (ils n'ont d'ailleurs a priori pas grand chose à voir avec la sv), et ils font plus effet star ac, que témoignage de vie.
Bon, je l'admets je suis très dure, mais mon intuition ne me pousse pas à lire plus avant. La présentation fait très "blog" et très "média de masse". Et ça ne semble pas voler très haut. La sv, c'est un sujet qui commence à se vendre bien Wink
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Allard

Message par calispera le Lun 22 Déc 2008 - 19:29

Et combien est-il payé pour faire son test? car il le fait dans le cadre de son boulot apparemment. Etre payé pour faire de la sv, hmm, moui, mais encore?
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Allard

Message par copenhague le Lun 22 Déc 2008 - 19:56

Tu y as réfléchi plus que moi ! Je suis très admirative, mon sens critique est encore peu aiguisé ...

Il ne dit rien, effectivement, au sujet de sa paie. Il publie ça sur le site de son journal (Le Soleil), donc effectivement, on l'imagine mal faire ça bénévolement. Je n'avais même pas réfléchi à cet aspect. Mais peut-être que l'initiative est la sienne ? Je ne trouverais pas ça particulièrement critiquable si il en a eu l'idée lui-même ; si on y pense, Serge Mongeau dont on ne remet pas la sincérité en cause a aussi écrit des livres qui se sont bien vendus. Mais il l'a fait de lui-même sans répondre à une commande, alors je ne trouve pas ça mal, c'est une façon comme une autre de gagner de l'argent en faisant ce qu'on aime.

Moi j'avais plus tiqué sur le côté période d'essai. Je vois ça comme étant très lié au côté consommateur : on prend, on essaie, et si ça ne va pas, on jette. Jamais on essaie d'adapter, jamais on essaie de réparer, jamais on ne réfléchit avant de s'engager ...
avatar
copenhague

Localisation : NI
Date d'inscription : 02/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Allard

Message par calispera le Lun 22 Déc 2008 - 22:10

Oui, je suis d'accord avec toi, ma critique est acerbe (mais ce n'est pas étonnant, quand on s'exhibe de la sorte), alors que j'ignore l'objectif de Marc Allard. Disons que c'est intuitivement que je trouve que ça ne sent pas bon Wink et les arguments viennent ensuite. Le coup du salaire, je l'ai écrit dans un deuxième message, car ça ne m'est pas apparu immédiatement justement. Mon intuition me dit : ça pue (enfin modérément, je pense que Marc Allard fait ça en toute bonne foi), mais je ne sais pas forcément pourquoi. Cela dit, j'ai déjà découvert plusieurs raisons, mais yen a peut-être d'autres.

Serge Mongeau dont on ne remet pas la sincérité en cause a aussi écrit des livres qui se sont bien vendus. Mais il l'a fait de lui-même sans répondre à une commande, alors je ne trouve pas ça mal, c'est une façon comme une autre de gagner de l'argent en faisant ce qu'on aime.

Dans le cas de Serge Mongeau, j'avoue ne pas y voir quelque chose de négatif. Surtout qu'il a créé sa propre maison d'édition, donc son livre est fait maison, il n'a pas dû le vendre à d'autres pour qu'il soit publié. Et il ne peut probablement pas vivre de la vente de son livre (rares sont les auteurs qui peuvent vivre de leur écriture).
Mais il est vrai que je pense souvent que quand on défend certaines idées philosophiques ou militantes etc. il n'est pas cohérent d'en vivre.
Dans mon propre cas, avec mon site (se changer soi pour changer le monde), il me parait inconcevable de pouvoir faire de l'argent avec ça. Si je devais vivre de l'argent d'un tel projet, cela influencerait forcément à un moment ou à un autre la qualité ou l'orientation de ma démarche, puisque je dépendrais des revenus que cela me rapporterait.
Quand on défend publiquement un projet altruiste, il me paraît difficile d'en vivre, car alors l'altruisme en question ne peut être que contaminé par le fait qu'il faut en faire de l'argent pour en vivre. Et pourtant plein de gens vivent d'un engagement de ce genre, et refusent de mettre cela en question.

On peut voir la simplicité volontaire comme quelque chose qui n'est pas vraiment altruiste, et c'est un peu dans ce cadre je pense que Marc Allard, fait son expérience, un peu comme si c'était une expérience scientifique. Mais pour moi la sv implique quasi implicitement un engagement personnel, et un éveil de conscience vers un problème plus large que soi auquel la sv répond en partie.

Moi j'avais plus tiqué sur le côté période d'essai. Je vois ça comme étant très lié au côté consommateur : on prend, on essaie, et si ça ne va pas, on jette. Jamais on essaie d'adapter, jamais on essaie de réparer, jamais on ne réfléchit avant de s'engager ...

Oui, ça aussi. On pourrait facilement imaginer qu'il n'aura pas vendu sa voiture (s'il en a une), qu'il ne remet pas son voyage d'été au bout du monde en question (hypothèse), qu'il envisage probablement de s'éclater à fond dans la dépense dès la fin du contrat (comme il ne l'aura jamais fait auparavant). L'état d'esprit n'a dans ce cas rien à voir avec la sv (la manière d'aborder le sujet sexualité sur le blog par rapport à la sv, m'amène à ce genre de supposition - ça fait très yuppie tout de même).

Même si le test n'est pas forcément à jeter à la poubelle pour autant, mais c'est l'idée de parler de sv qui me paraît à côté de la plaque.
Cela dit, il se peut que cela l'ait suffisamment travaillé pour que par la suite il fasse réellement des remises en question, et sente un malaise le jour où il s'éclatera.
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Allard

Message par bluemyrtille le Mar 23 Déc 2008 - 10:30

calispera a écrit:
Dans le même registre mais en nettement plus engagé, je viens de commencer un livre de Barbara Kingsolver : un jardin dans les Appalaches. Elle (écrivaine) et sa famille déménagent du désert de Denver vers l'est des USA, et en planifiant de vivre en quasi autarcie : de leurs légumes, de leurs poules et chèvres, de la solidarité avec les voisins, de l'eau de source, etc.
Ils étaient déjà très sensibilisés par le sujet (vivaient déjà +/- en simplicité volontaire) depuis pas mal d'années (elle avait déjà écrit un livre dans ce sens ya plusieurs années).
Bref, ce témoignage là pourrait bien faire des émules chez les lecteurs.

J'ai vraiment adoré ce livre, le propos est sensé et leur expérience m'a donné envie. Depuis, j'ai lu ses romans et je les ai trouvés plein d'humanité.

Sinon, je suis d'accord avec ce qui a été dit sur Marc Allard. Mais j'aimerais apporter quelques nuances. Effectivement, c'est un journaliste d'un journal très lu, pas vraiment révolutionnaire. Son travail de journaliste est de rendre compte d'évolutions de la société, de nouveau courants. Pour celà il a décidé d'expérimenter deux choses : ne rien acheter de neuf et manger localement (pas la SV en général donc). Effectivement seulement pendant un mois, mais ce n'était pas par conviction.
Je trouve ça interessant car celà jete des ponts entre plusieurs façons de penser. C'est tellement facile pour les gens de ne même pas vouloir écouter les arguments de compact ou des locavores en les traitant de doux dingue ! Là il annonce clairement qu'il était plutôt acheteur compulsif, qu'il mangeait de la junk food...mais ses conclusions sont positives, même s'il ne souhaite pas adopter cette démarche de vie, il dit que cette expérience a laissé des traces et qu'il ne pourra plus agir comme avant. ça a permi de montrer au plus grand nombre que c'était finalement faisable et je pense que des gens se sont posés des questions. Ce qui est le début de beaucoup de prises de consciences.
avatar
bluemyrtille

Age : 46
Localisation : Gers
Date d'inscription : 07/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Allard

Message par calispera le Mar 23 Déc 2008 - 11:21

Merci Bluemyrtille,

En effet, dit comme ça, ça passe mieux Smile

Et Barbara Kingsolver, en effet, je l'ai connue via ses romans, en particulier les "l'arbre aux haricots" et "cochons au paradis". J'ai adoré.
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Allard

Message par bluemyrtille le Mar 23 Déc 2008 - 12:14

calispera a écrit:Merci Bluemyrtille,

En effet, dit comme ça, ça passe mieux Smile

Et Barbara Kingsolver, en effet, je l'ai connue via ses romans, en particulier les "l'arbre aux haricots" et "cochons au paradis". J'ai adoré.

Mais avec plaisir !
Ce sont ces deux romans que je viens de lire. Ils sont fabuleux

calispera a écrit:
Ils étaient déjà très sensibilisés par le sujet (vivaient déjà +/- en simplicité volontaire) depuis pas mal d'années (elle avait déjà écrit un livre dans ce sens ya plusieurs années).

Il s'agit de quel livre ?
avatar
bluemyrtille

Age : 46
Localisation : Gers
Date d'inscription : 07/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Allard

Message par calispera le Mar 23 Déc 2008 - 14:08

Le titre c'est : "petits miracles et autres essais" écrit en 2002, donc peu après les attentats du 11 septembre. Et, malgré une défense du "drapeau américain" assez peu digeste, elle remet pas mal de choses à leur place, variant entre les anecdotes vécues, l'information sur l'écologie, la biodiversité (elle est biologiste), une critique assez incisive de notre société, un peu d'humour. Ca passe vraiment bien. En tout cas, à l'époque j'ai beaucoup apprécié. Elle est assez connue aux USA. Son engagement n'est donc pas anodin.

Quelques extraits :

p.153
Nous pouvons difficilement choisir de ne pas manger du tout, mais nous devons choisir comment nous mangeons, et nos choix peuvent avoir des conséquences étonnantes. Réfléchissez à la chose suivante : en moyenne, un produit alimentaire servi à un consommateur américain a parcouru deux mille kilomètres pour arriver jusqu’à lui. Si l’individu moyen mange à peu près dix produits par jour (et la plupart d’entre nous en mangent plus), en l’espace d’une année sa nourriture aura parcouru presque huit millions de kilomètres sur la terre, sur la mer et dans les airs. Représentez-vous un camion chargé de pommes, d’oranges et de laitues iceberg qui ferait dix fois par an l’aller-retour de la Terre à la Lune rien que pour vous. Multipliez par le nombre d’Américains qui aiment manger, représentez-vous cette flotte de 285 millions de camions en route pour la Lune - et osez me dire que ce n’est pas le moment de revoir le scénario!

p.163
à propos de la télévision
“Personne ne se fait jamais tuer chez moi”, ainsi commence Charlie King dans une de ses chansons, qui continue ensuite par une litanie d’horreurs du même genre : “Personne ne se fait mitrailler, renverser ni poignarder/personne ne prend feu…”

p.166
à propos de la télévision
Les jeunes ne naissent pas avec la conviction que porter le nom d’une marque en lettres énormes sur un tee-shirt est un privilège immense pour lequel ils doivent consentir à payer quatre-vingt dollars. Il faut des années d’instruction minutieuse avant d’en arriver à cette logique-là.

p.216
Nos enfants grandissent dans un pays dont les hommes les plus importants, les plus influents - depuis les présidents jusqu’aux héros de film les plus sympa - résolvent les problèmes en tuant des gens. Tuer est à la fois rapide, efficace, et qui plus est viril.

P.228
Aucune bombe n’a jamais fabriqué ce qui pourrait exterminer la haine.

La vengeance ne soustrait aucun chiffre à l’équation du meurtre; elle ne fait qu’en ajouter.

p.305
Je dis que, quand l’ours de quatre cents kilos arrive tout au bout de la branche la plus haute, quelque chose va craquer.

Ca fait un bien fou de lire tout ça! Pas dans le sens que je me réjouis des horreurs qu'elle relate, mais dans le sens qu'elle met bien les points sur les "i", et que ça fait plaisir que quelqu'un dise cela publiquement, tout en sachant qu'elle est très bien entendue.
avatar
calispera
pionnier

Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 15/10/2006

http://www.sechangersoi.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Allard

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum